07/02/2006

Pour saluer la mémoire de François Terrasson, disparu en janvier cette année, les Mardis de l’Environnement lui ont consacré leur réunion de février. A la tribune, des amis et collègues se sont succédé – avec la présence émouvante, dans la salle, de son épouse, Marie-Claude Terrasson.

Quatre chercheurs du Muséum National d’Histoire Naturelle ont livré nombre de témoignages à la fois professionnels et personnels sur ce naturaliste qui était maître de conférences dans cette même institution : Bernadette Lizet, ethnologue ; Jeanne Le Duchat d’Aubigny, écologue ; Jean Servan, écologue ; et Jean-Patrick Le Duc, spécialiste des affaires internationales. A leurs côtés, Marc Giraud représentait l’association de journalistes JNE, dans laquelle François Terrasson avait toujours été actif. C’est Jean-Patrick Le Duc qui a illustré par l’image le parcours de François Terrasson, avec un montage de diapositives qui avait été réalisé spécialement : années de travail sur le terrain, années de doutes et d’espoirs, mais toujours de passion, années consacrées à faire avancer la cause de la nature, et particulièrement de la nature « banale », largement ignorée voire méprisée, la nature des mares, des haies, de l’humide, afin de lui redonner toute l’importance qu’elle mérite, à la fois pour son rôle dans le fonctionnement des mécanismes écologiques et pour sa place dans la symbolique humaine. Beaucoup de ceux qui avaient connu François Terrasson étaient dans la salle, et d’autres anecdotes sont venues s’ajouter à celles des scientifiques à la tribune, formant au total un hommage très sensible, tant la personnalité de ce chercheur hors normes n’avait laissé, à l’évidence, personne indifférent.