01/07/2008

Une vingtaine de passionnés étaient à la gare de Fontainebleau, le 1er juillet en début d’après-midi, répondant à l’invitation pour le Mardi de l’Environnement, consacré traditionnellement, en cette période de l’année, à une sortie en nature. Le terrain d’observation n’était pas très loin : la plaine de Chanfroy, qui abrite une réserve biologique dirigée, dans la forêt des Trois-Pignons (massif de Fontainebleau).

Un cadre idéal pour étudier la végétation et toute la faune locale, en tout cas celle qui voulait bien se laisser observer à ces heures de la journée. Bien sûr, il n’y a donc pas eu de passages de sangliers, chevreuils, renards ou moyens-ducs, mais ce sont des espèces moins emblématiques, plus discrètes, qui ont occasionné des « arrêts sur images » prolongés : des lézards, de nombreux insectes, et dans le ciel, à intervalles, quelques rapaces.

Vincent Vignon, écologue, a détaillé, avec les exemples en main, capturés le temps de la démonstration, la biologie et le comportement de coléoptères endémiques de cette forêt. Marc Giraud, naturaliste, a imposé parfois le silence au groupe, pour lui faire entendre et reconnaître le cri d’oiseaux. Christian Weiss, autre naturaliste, a expliqué la géologie particulière, et notamment la formation, de ces terres. Ceux qui étaient venus en ces lieux il y a une dizaine d’années, lorsque la réserve n’était pas instituée, avaient un peu de mal à les reconnaître : tant il est vrai que l’institution d’un périmètre préservé a permis à la nature de s’épanouir, sous la forme de la colonisation d’espèces végétales, d’un foisonnement ordonné de la végétation, abritant sans nul doute une faune bien plus diversifiée qu’auparavant. Une assez grande mare, en particulier, était née. De nombreux indices prouvaient qu’elle était largement habitée par des batraciens. Et puis, si les grands animaux s’étaient retirés dans leurs quartiers, le sable des sentiers portait bien, lui aussi, la trace de leur présence régulière.

Toute l’après-midi a donc été consacrée à ces découvertes. Et au retour, un « goûter-dinatoire » attendait les courageux, à Sucremont, chez la présidente de la S.E.R.E. et directrice des Mardis, Marie-Pierre Cabello. Un autre moment très convivial, qui a parfaitement ponctué cette journée.