FORET

En cette année internationale de la forêt, inspirée par les Nations-Unies, et célébrée partout dans le monde, il n’était pas inutile de rappeler son rôle, et de se pencher sur les problématiques qui sont les siennes.

La conférence-débat des Mardis, le 6 septembre, a donc été animée par des spécialistes de ces questions. Ouvrant la soirée, Jean-Pierre Burgada, responsable de la Communication pour la France et Monaco au Centre régional des Nations-Unies pour l’Europe (UNRIC, Bruxelles), a exposé l’articulation de cette campagne en faveur de la forêt, particulièrement en France. Un comité pilote a notamment été institué, avec le ministère de l’Agriculture, pour coordonner et inspirer les différentes actions.

Il est ensuite revenu à Patrice Hirbec, de l’ONF, de replacer la forêt française dans son contexte. Celle-ci occupe à l’heure actuelle 16 millions ha en métropole et 7 millions ha outre-mer. Sur les 16 millions ha, 12,5 appartiennent à des propriétaires privés … ce qui ne facilite pas la gestion globale. Les fonctions de la forêt restent essentielles, tant pour la production de bois (80 millions m3/an), que pour la protection des sols et de  la biodiversité, et l’accueil du public. La fonction production est encore assez méconnue, Patrice Hirbec se faisant fort d’indiquer que la filière bois occupe 450 000 personnes, soit autant que la filière automobile.

Le directeur de Bayard Nature et Territoire, Eric de Kermel, a présenté le concours du magazine Terre Sauvage, « L’Arbre de l’Année 2011 ». Il s’agit, par consultation du public, de recenser les arbres les plus prisés, et après une sélection (26 actuellement), de primer celui qui aura obtenu le plus de suffrages. La décision devrait intervenir en novembre. L’opération se répétera tous les deux ans.

Yvan Tariel, de la LPO, a fait un exposé tout à fait intéressant sur un partenariat de son organisation avec l’ONF. Un partenariat qui se comprend comme une gestion partagée – et un ensemble de diapositives montrait l’exemple de la forêt feuillue de plaine. Respecter les besoins d’exploitation du bois d’une part, respecter les besoins des oiseaux résidents d’autre part, dans la recherche d’un équilibre constant.

Puis la représentante de la Fondation pour l’éducation à l’environnement en Europe, Aline Leprince, a donné des précisions sur les actions menées : en particulier, en cette année de la forêt, des plantations d’arbres, avec un soutien éducatif (650 sites en France choisis jusqu’à présent). En final, un extrait du film de la compagnie Artisans du Changement, sur la gestion durable des forêts, a été projeté. Et la comédienne Isabel Otero a lu un texte sur la nature et la forêt menacées.

 

 

Ecoutez le reportage de Pascale Marcaggi pour RadioEthic