Ces derniers mois, l’Aquarius a été la cible de manœuvres politiques visant à criminaliser ses équipes et à mettre un terme à sa mission de sauvetage. Après la fermeture des ports italiens en juin et les difficultés récurrentes à trouver un lieu sûr pour débarquer les rescapés, l’Aquarius a été attaqué à deux reprises par l’Etat du pavillon – Gibraltar en août, puis Panama qui a annoncé son intention de radier le navire de ses registres.

Pour partager cette information