Mercredi 9 novembre 2016

Communiqué bilan

« Avant toute pour l’économie maritime française ! »

 

A la Rochelle, les 12e Assises de l’économie de la mer ont accueilli pour la première fois un Président de la République. François Hollande a évoqué mardi matin « l’ambition de la France pour le maritime » à travers un discours volontariste. « 300 000 emplois : c’est ce que pèse l’économie maritime en France », a rappelé de son côté Frédéric Moncany, président du Cluster maritime français. François Hollande a également annoncé que la France organiserait une conférence sur le dumping social dans le secteur maritime.

 

Quelque 1 530 acteurs du monde maritime ont répondu présents les mardi 8 et mercredi 9 novembre pour suivre les 18 conférences et tables rondes de ces 12è Assises organisées par le groupe Ouest-France/Infomer en partenariat avec le Cluster Maritime français.

Outre l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, de nombreux sujets ont été traités par plus de cinquante intervenants au cours de ce rendez-vous annuel, comme l’essor fulgurant de la croisière, les problématiques portuaires, les enjeux maritimes du Brexit, la filière nautique, les énergies marines renouvelables, le shipping européen, les nouveaux navires de pêche, la place de la mer dans d’Education Nationale ou encore les nouveaux moyens de la Marine nationale.

Si le chef de l’État n’a pas fait d’annonces majeures autres que celles du Cimer qui s’est déroulé le 4 novembre à Marseille en amont des Assises, il a cependant fermement soutenu le lancement d’une vraie filière de la mer proposée par le cluster maritime français, « une équipe de France du maritime qui combinera toutes les expertises ».

Après deux jours de conférences, le lieu des 13è Assises a été révélé ce mercredi soir lors du discours de clôture. Ce sera la ville du Havre, en novembre 2017.

Plus de détails / ITV et vidéos : http://www.economiedelamer.com/live/

 

***

 

Ils ont dit :

 

François Hollande, Président de la république

« La mer est notre avenir, c’est aussi notre patrimoine. Il faut se rassembler, se regrouper, faire un ensemble, une famille, une cohésion, c’est le sens de ma présence. La mer sera toujours là, elle est aussi ce que l’on peut donner aux générations futures. Nous devons faire de la France le premier port de l’Europe à l’horizon 2030. ».

 

Frédéric Moncany de Saint Aignan, Président du Cluster maritime français 

« Cette œuvre commune que nous, acteurs de l’économie maritime nous avons construite  depuis 10 ans que le Cluster existe, nous devons la doter d’une dimension nouvelle grâce à une alliance étroite et active entre les acteurs publics et les acteurs privés. J’appelle aujourd’hui solennellement à la mobilisation d’une véritable « task force » pour gagner la guerre économique qui se profile sur l’horizon marin, pour lever les freins, pour libérer les énergies et créer l’économie de demain.»

« Ne nous leurrons pas. Nous avons rendez-vous avec l’histoire. Demain 9 milliards d’êtres humains vivront sur la planète. Or il nous faudra faire mieux avec moins de ressources et plus d’intelligence. Demain, la France peut devenir le leader européen pour la croissance bleue »

 

Jean-François FOUNTAINE, Président de la Communauté d’agglomération de La Rochelle

« Notre pays a des capacités formidables sur le plan industriel, je vois ici Bénéteau, Piriou, STX et tant d’autres qui ne demandent pas de subventions, mais que les efforts de recherche, de développement, de création soient encouragés par les collectivités locales. Il est important que nous ayons une construction navale et de plaisance de très grande qualité, pour être compétitif à l’échelle de la planète.  Et dans cet univers là, nous le sommes car la France est leader dans ces économies. »

 

Alain VIDALIES, Secrétaire d’Etat aux Transports, à la Mer et à la Pêche 

« Je me donne jusqu’à la fin de l’année pour avancer sur le décret concernant la flotte stratégique. Ce n’est pas une question théorique, c’est une question de souveraineté »

 

Dominique BUSSEREAU, Président du Conseil Départemental de la Charente-Maritime, ancien secrétaire d’Etat aux Transports et à la mer.

« Je ne verrai pas d’inconvénient à ce que les plus petits des Grands Ports maritimes deviennent régionaux. Si la coopération par façade fonctionne pour HAROPA (Le Havre-Rouen-Paris), elle reste virtuelle entre Nantes-La Rochelle – Bordeaux. Plus on ira vers la décentralisation et la coopération par façade maritime, mieux on se portera. »

 

Gildas MAIRE, Président d’Armateurs de France

« La flotte stratégique doit aller au-delà du maintien de l’indépendance pétrolière. Ce que nous voulons, c’est qu’elle contribue au maintien des filières. Si CGG, dont le premier actionnaire, BPI France, est public, venait à réarmer des navires, on ne comprendrait pas qu’ils ne soient pas sous pavillon français. Autre dossier stratégique : les câbles. Peut-on imaginer, à l’heure où la maîtrise de l’information est un outil fondamental de notre sécurité, de ne pas y voir une filière nationale stratégique ? »

 

Michel DESJOYEAUX, navigateur, Mer Agitée

« Ce que je trouve très intéressant dans ces Assises, c’est le brassage des cultures, des idées, des problématiques. Il y a ici des très grosses boutiques avec de très importants enjeux à l’échelle internationale pour des programmes militaires ou commerciaux. Mais il y a aussi de toutes petites boutiques. Il y a une dynamique gagnant-gagnant. Les gens se parlent, créent du réseau… C’est ici que cela ce passe. »

 

***

 

Pour plus de renseignements et demandes de photos merci de contacter Anne Massot, attachée de presse de l’événement, à massot108@gmail.com

 

 

Pour partager cette information