implaydoyerecofisca

François Hollande a placé au premier rang de ses priorités, une réforme fiscale d’ampleur. Il est, lui-même, un spécialiste de longue date des questions fiscales.

L’écofiscalité devrait jouer un rôle important dans cette réforme. Elle permettrait ainsi de favoriser « la transition écologique », appelée de ses vœux, dès le 7 mai au soir, par le président élu.

De fait, Guillaume Sainteny montre, dans cet ouvrage, à quel point la fiscalité française actuelle entrave l’évolution vers le développement durable.

Certes, la fiscalité de l’environnement est accusée de biens des maux. Elle dégraderait la compétitivité des entreprises, favoriserait les délocalisations, aboutirait à une augmentation des prélèvements obligatoires et serait, en outre, socialement inéquitable. Dans cet ouvrage, accessible à l’honnête homme, l’auteur réfute, de façon argumentée, la plupart de ces critiques et souligne, à l’aide d’exemples concrets, l’efficacité environnementale mais aussi économique de cette fiscalité.

L’utilisation accrue de l’ écofiscalité semble donc indispensable dans les mois qui viennent. La France accuse un retard notable, en la matière, par rapport à ses partenaires de l’Union européenne. Le développement des taxes environnementales représente une des rares possibilités de nouvelles recettes et de dégager des marges de manœuvre.

La réforme fiscale qui s’annonce aurait donc tout intérêt à s’appuyer sur les principes de la fiscalité de l’environnement. Dans cet essai, l’auteur plaide pour qu’il en soit ainsi et propose des réformes concrètes en ce sens.

Guillaume Sainteny a occupé plusieurs postes de responsabilités au sein du ministère en charge de l’Environnement et du Développement durable, dont celui de directeur des Études économiques et de l’Évaluation environnementale. Il enseigne le développement durable depuis quinze ans, notamment à l’Institut d’études politiques de Paris et à l’École polytechnique. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur ce sujet.