Mardi de l’Environnement – 4 juin 2013 . 

Le 4 juin était la journée mondiale des océans, et la réunion du Mardi ne pouvait que lui être naturellement consacrée. L’occasion de faire un bilan, et de tracer quelques perspectives, à propos de l’état des mers actuellement. Et cet état n’est pas très satisfaisant. On le sait, quantité de pressions s’exercent, du fait de la faute de l’homme. Parmi celles-ci, l’acidification des eaux, causée largement par les rejets de gaz carbonique, lesquels ne cessent d’augmenter, en dépit des signaux d’alarme. Une conséquence directe de cette acidification est la baisse de la capacité de nombreux organismes marins à secréter leur coquille et leur squelette, qui sont composés de calcaire – ou carbonate de calcium, puisque l’acidification réduit la quantité de carbonate de calcium. Tel était le thème central prévu pour parler des océans ce jour. Et les participants l’ont aussi étendu pour évoquer les autres problématiques marines, tout en lançant plusieurs pistes de réflexion pour envisager des évolutions positives. Etaient présents Michel Monnier, ancien ambassadeur de France à Fidji ; Ludovic Frère-Escoffier, responsable du groupe mer du Comité français de l’UICN ; Jean-Pierre Gattuso, directeur de recherche au CNRS et Université Pierre et Marie Curie, de l’Observatoire océanologique de Villefranche ; Michel Hignette, directeur de l’Aquarium tropical de la Porte Dorée, qui recevait en ses murs, exceptionnellement, le Mardi de l’Environnement.

L’un des points majeurs des discussions, qui a fait consensus, était la nécessité de travailler sans relâche, tant au niveau des associations qu’au niveau de l’influence sur les décideurs (gouvernements, institutions), pour faire bouger les choses. Naturellement, les grandes conférences internationales peuvent être décisives ; mais en pratique, les Etats ne peuvent évoluer sur leurs positions qu’en fonction de leur sensibilisation à l’importance, ou à l’urgence, des questions en cours. En pratique, actuellement, on l’a vu, ils restent encore trop tièdes. Et si plusieurs avancées se sont produites récemment, beaucoup reste à faire.

En première partie de la soirée, l’association Alofa Tuvalu, qui œuvre pour l’archipel de Tuvalu, dans le Pacifique, menacé par la montée des eaux, a présenté un ouvrage de référence qu’elle vient de produire, « Tuvalu Marine Life », consacré à la biodiversité marine dans cette région du monde. Il a reçu l’appui de la fondation Total, laquelle était représentée par Mme Ferrand. Tant celle-ci que l’animatrice de l’association, Gilliane Le Gallic, ont pu à bon droit se féliciter de ce travail, qui devrait être utile pour une meilleure prise en compte des problématiques de l’archipel.

 

TuvaluMarineLife_invitation-23-05-13

 

 

Nous prendrons connaissance de la nouvelle étape de Lucie Dauvergne et son Tour du Monde

Plus d’infos sur le thème de notre Mardi :

  • Gattuso J.-P. & Hansson L. (Eds.), 2011. Ocean acidification, 326 p. Oxford: Oxford University Press.

 

 

 

 

Mardi de l’Environnement en partenariat avec :

  • Radio France Internationale – www.rfi.fr, retrouvez les Mardis dans le seul magazine sur l’environnement, pour s’informer avant d’agir, Samedi et Dimanche Paris 89 FM. « C’est pas du vent ! » l’émission d’Anne-Cécile Bras
  • Radio Ethic – www.radioethic.com, avec Pascale Marcaggi. http://www.radioethic.com/les-emissions/ecologie/mardis-de-l-environnement.html
  • TerreTV – www.terre.tv

ATTENTION ! Inscription obligatoire et invitation à présenter pour accéder.
Pour vous inscrire et obtenir toute information complémentaire, vous pouvez nous joindre par courriel : contact@s-e-r-e.net,

Marie-Pierre Cabello au 06 25 50 30 01