Il était une fois dans l’Ouest… du Poitou

par Dada Films

Un projet de film sur des cowboys à la française et la vie et la gestion des communaux de Curzon et de Lairoux, dans le marais Poitevin.

L’origine du projet

Le projet de film Il était une fois dans l’Ouest du Poitou est né il y a presque 3 ans, à l’occasion du tournage du film de fin d’étude de Marion. Maxence et elle  rencontraient Eric, un cowboy à la française qui participait déjà régulièrement aux contentions – autrement appelées « rassemblement du bétail ».

Le projet semblait d’ores et déjà attrayant : de grands espaces, de la brume, la plaine et la nature à perte de vue, du bétail et des chevaux… Tous les ingrédients étaient réunis pour que l’on se croit dans un western. Après plusieurs repérages, Maxence et Marion en sont sûrs : il y a un film à faire sur les marais et la gestion qui en est faite.

Le contexte

Il était une fois dans l’Ouest… du poitou est un film qui rassemble plusieurs problématiques qui nous tiennent à coeur. Il y a, évidemment, les chevaux et l’équitation western qui nous intrigue et nous passionne d’autant plus que cette culture américaine semble extrêmement éloignée de la nôtre et de notre rapport aux chevaux. Des chapeaux de cowboys, aux selles western, en passant par les chemises à carreaux, les santiagues et les chevaux de races américaines, nous étions loin de nous imaginer que le travail du bétail se faisait aussi régulièrement à cheval, surtout en France !

Mais au delà du caractère surprenant des activités des cowboys, nous avons aussi été particulièrement touchés par la volonté des communes qui soutiennent ces activités et en sont même les commanditaires. En effet, dans les marais de Curzon et de Lairoux, les communes du Marais Poitevin louent leurs terres aux agriculteurs pour maintenir le milieu ouvert durant toute la belle saison. Les chevaux se mélangent donc aux bovins dans la plaine, pendant plusieurs mois, avant que les éleveurs ne récupèrent leurs bêtes et que l’eau ne réinvestisse les lieux, que les communaux ne se re-transforment en étang.
A l’époque, les agriculteurs récupéraient leurs bêtes à pied. Mais ils perdaient énormément de temps à courir après leurs vaches dans les quelques 400Ha de marais. Plus tard, c’est en tracteur et en quad qu’ils sont allés chercher leur bétail. Mais les véhicules motorisés détérioraient le terrain, faisant fuir sur leur passage les oiseaux migrateurs qui venaient y nicher et se reposer.

Les communes ont donc lancé un appel d’offre afin que des cavaliers se portent volontaires pour rassembler les vaches dans le marais. L’AVET (Association Vendéenne d’Equitation du Travail) s’est alors présentée comme étant le meilleur compromis possible. Professionnels et expérimentés, les cowboys font leur travail de façon totalement sécurisée. Leurs chevaux, habitués à ce genre d’activité, ont l’avantage de ne laisser aucune trace de leur passage. Pas de sillon, pas de vrombissements de moteur ; la faune et la flore sont alors respectées et les vaches, naturellement moins stressées que lorsque les tracteurs les poursuivaient. lire la suite

Pour partager cette information