Evénements

  • Catastrophe nucléaire au Japon. La centrale nucléaire de Fukushima est dévastée et la situation n’est toujours pas maîtrisée avec des fuites radioactives importantes. Cette centrale a été touchée de plein fouet par le tsunami ayant suivi un séisme de magnitude 9, non loin des côtes orientales de l’île principale de Hondo, au Japon, le 11 mars dernier. Les effets pour les populations humaines autant qu’animales, sur terre comme sur mer, n’ont pas tardé à se faire sentir. Sur terre, la contamination radioactive touche l’eau, le lait, les légumes, dans la zone de Fukushima, mais elle a également été relevée, bien qu’à des doses non alarmantes, jusqu’à la capitale, Tokyo. Les sols de Fukushima sont pollués, ce qui interdit toute récolte, et notamment celle, importante au Japon, du riz. En mer, les crustacés, les poissons et les mollusques, mais au début de la chaîne alimentaire, le plancton comme les algues, sont également contaminés par les rejets de la centrale, ou vont l’être largement à terme. La pêche risque donc d’être également sinistrée. Non seulement celle du Japon, mais aussi celle de nombreux pays, puisque la zone concernée dans son ensemble, le Pacifique nord-ouest, est l’une des plus productives du globe (outre le Japon, elle est parcourue par les flottes de la Chine, de la Russie, des Corées, de Taïwan). Des familles animales plus grandes, celles de familles de cétacés (dauphins, baleines) ne peuvent qu’être exposées elles aussi. Elles sont déjà affectées en temps normal par le mercure et les PCB. Cette contamination ne pourra qu’être accentuée par le rejet en mer de 11 000 tonnes d’eau radioactive provenant de la centrale, une décision prise le 4 avril. La France a été parcourue par un « nuage » radioactif d’iode, du 21 au 24 mars, mais dont les doses auraient été infinitésimales. Les autorités japonaises ont déclaré vouloir fermer définitivement cette centrale – mais il reste à la sécuriser totalement, ce qui est loin d’être fait, pour empêcher toute nouvelle contamination. Deux perspectives importantes :
  • la pause annoncée de programmes nucléaires dans plusieurs pays risque d’augmenter la demande en gaz et en charbon pour la production d’électricité, avec l’accroissement induit d’émissions de CO2 ;
  • les sismologues ont prévu trois nouveaux tremblements de terre de grande ampleur dans les années qui viennent, contre lesquels les Etats concernés ne semblent pas avoir pris les mesures de précaution nécessaires : en Californie (faille de San Andreas), au Japon encore, et dans la région d’Istanboul, en Turquie.
  • Coup d’arrêt du photovoltaïque en France. Le gouvernement a pris début mars des mesures conduisant à limiter le développement de l’industrie photovoltaïque : réduction de 20% des tarifs de rachat d’électricité, limitation de la puissance installée à 500 mégawatts en 2011, obligation d’avoir recours à la procédure d’appel d’offres pour les projets de plus de 1 000 m2 de panneaux photovoltaïques. Il met en avant le coût pour les ménages, puisque le kWh solaire est vendu à EDF 58 centimes, quand le tarif de base est de 11 centimes, ainsi que le monopole chinois en France des panneaux solaires, qui rendrait injustifiée l’existence des filières françaises – ce qui occulte à la fois les capacités d’innovation de ces filières, et les perspectives d’une plus grande compétitivité du solaire, en raison de l’augmentation attendue des rendements.
  • Les rizières polluées en Chine. Au moins 10% des rizières chinoises seraient polluées au cadmium. Et l’ensemble des surfaces cultivées est aussi bien pollué par le cadmium, le plomb, l’arsenic, le mercure. En 2006, il était estimé que ce phénomène concernait un sixième des surfaces. C’est le sud de la Chine qui est principalement affecté, en raison de l’importance des rizières et de l’activité industrielle.
  • Les objectifs Climat de l’Europe pour 2050. Une réduction de 80% à 95% des émissions domestiques de gaz à effet de serre, par rapport à 1990. La Commission européenne souhaite aussi que la réduction pour 2020 soit portée de 20%, comme prévu, à 25%, mais ne pose pas de contraintes nouvelles. D’ores et déjà, les secteurs industriels grands consommateurs d’énergie ont fait part de leur opposition.
  • Accélération de la fonte des calottes polaires. Elle se traduit par une élévation du niveau des mers. Selon des équipes américaines, à l’horizon 2100, il ne faudrait pas compter sur une élévation de 18 à 59 centimètres, mais d’un mètre, voire plus. Cette accélération, au Groenland et en Antarctique, est trois fois supérieure à celle des glaciers terrestres.
  • Le périmètre du parc national des Calanques en France est adopté. Il est de 8 400 ha, dont 420 ha de réserve intégrale. Le projet de parc doit être soumis à enquête publique cet été, et le décret de création du parc est prévu fin 2011.
  • 8 nouveaux parcs naturels marins français d’ici 2013. Il en existe 2 aujourd’hui, Mayotte et Iroise.
  • Pollution des rivières en France. Un rapport de l’association Robin des Bois dénonce la contamination des rivières françaises par les hydrocarbures. 60 000 tonnes en sont déversées dans les cours d’eau tous les ans. 643 pollutions ont été recensées pour les trois dernières années.
  • Une banque pour la biodiversité végétale. Les jardins botaniques royaux de Kew, en Grande-Bretagne, installent une banque renfermant des espèces végétales sauvages, dans le but de les préserver. 10% des 300 000 espèces sont actuellement entreposées. L’objectif est de 25% pour 2020.
  • Sale temps pour les loups. Depuis le 15 janvier, Canis lupus est à nouveau autorisé à la chasse en Suède, bien que la réglementation européenne considère cette chasse comme illégale. En France, un projet d’arrêté fixe de nouvelles dérogations aux interdictions de destructions pouvant être prononcées par les préfets pour cet animal. Les conditions de ces dérogations semblent critiquables. Une consultation publique est organisée jusqu’au 11 avril prochain.
  • Grand hamster : la France devant la cour européenne de justice. La France est accusée de ne pas avoir pris les dispositions prévues par la directive Habitats pour le maintien du rongeur. 3 490 ha de l’habitat du hamster sont protégés, sur les 240 000 qui sont les siens. La population est passée de 1 200 animaux en 2001 à 165 environ en 2007.
  • Chasse à la baleine : le Japon suspend sa campagne 2011. Il en a décidé le 18 février, sous la pression, et l’obstruction, de l’association écologiste Sea Shepherd.

Manifestations

  • Forum de l’agriculture biologique. Toulouse, centre de congrès Diagora, le 7 mai 2011. Notamment avec Pierre Rabhi, Lydia et Claude Bourguignon.
  • Semaine du développement durable. Partout en France, du 1er au 7 avril.
  • Festival de l’oiseau et de la nature. Abbeville, 16-25 avril.

Médias

  • Atlas mondial de l’eau, de David Blanchon et Aurélie Boissière. Editions Autrement.
  • Les pieds sur terre, d’Helen MacArthur. Editions Glénat.
  • Addiction générale, d’Isabelle Sorente. Editions Jean-Claude Lattès.
  • Pollen, film de Louis Schwartzberg.
  • Bonobos, film d’Alain Tixier.
  • Waste land, film de Lucy Walker.
  • Gasland, film de Josh Fox.
  • Les ailes du soleil. Film de Henri de Gerlache, sur le projet de l’avion solaire « Solar Impulse ». Arte, 8 avril, 22h10.