Revue d’Actualité – Alain Zecchini – Mardi de l’Environnement – 2 avril 2013

 

Evénements 

  • CITES 2013 : résultats mitigés. La 16ème session de la conférence des 178 parties actuelles à la Cites s’est tenue à Bangkok (Thaïlande), avec des avancées comme des reculs sur le front de la conservation des espèces animales et végétales. Avancées : l’inclusion en annexe II de 5 espèces de requins surexploitées, le requin du large à aileron blanc, le requin marteau à festons, le grand requin marteau, le requin marteau lisse, le requin-taupe commun ; l’inclusion en annexe II des espèces de raies manta ; le passage de l’annexe II à l’annexe I pour le lamantin d’Afrique ; le classement en annexe II de nombreuses espèces de tortues ; l’inclusion de plusieurs espèces d’ébéniers et de bois de rose en annexe II. Reculs : le rejet du transfert de l’ours blanc de l’annexe II à l’annexe I ; le retrait de propositions visant à contrôler plus efficacement le commerce illégal d’ivoire d’éléphant et de corne de rhinocéros (pour les rhinocéros, le braconnage continue fortement, 158 animaux avaient déjà été abattus au 15 mars en Afrique du Sud); l’adoption de seules recommandations concernant le trafic des grands félins, tigres, lions, léopards et guépards. Six espèces, considérées comme éteintes, ont été retirées de l’annexe I : le tigre de Tasmanie (thylacine), le kangourou-rat du désert, le wallaby à queue cornée, le renard volant de l’île Percy, le bandicoot à pied de porc. En parallèle de la conférence, des éclairages médiatiques ont été faits sur le commerce des os de lion, qui prend une grande ampleur en Afrique du Sud, pour le marché asiatique, et sur les « fermes » de tigres en Chine, destinées à alimenter un commerce d’os et de peaux, qui prend lui aussi de plus en plus d’importance. La 17ème réunion de la Cites aura lieu à Cape Town (Afrique du Sud) en 2016.
  • L’Europe contre l’importation de bois illégal. La mise en vigueur du règlement européen sur l’importation de bois tropical est effective depuis le début de cette année. La traçabilité (provenance, fournisseurs) est un point essentiel. Six pays fournisseurs de l’Europe ont signé des accords de partenariat volontaire, prévoyant une réforme de leur système d’exploitation forestière. La Chine, premier client de l’Europe, refuse de s’engager dans ce processus, de même que le Brésil. La Chine est également la plaque tournante du trafic de bois dans le monde, qui représente entre 20 et 40% du commerce total du bois. Le bois tropical assure 13% des importations de bois de l’Europe.
  • Réchauffement climatique : nouvelles projections, encore plus alarmistes. Les températures actuelles sont plus chaudes que celles de la plus grande partie des derniers onze millénaires, et à l’horizon 2100, selon le Giec, elles devraient avoir augmenté de 2 à 4°C.
  • Greenpeace dénonce les risques de 4 centrales nucléaires. Selon l’ONG, quatre centrales nucléaires (s’ajoutant à celle de Fessenheim) devraient être fermées, en raison des risques qu’elles présenteraient pour les populations humaines : celles du Blayais (Gironde), du Bugey (Ain), de Gravelines (Nord) et du Tricastin (Drôme).
  • Les maladies s’accroissent avec la pollution. Le rapport annuel 2012 de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), s’il souligne des progrès intervenus en termes d’augmentation de l’espérance de vie et de diminution des taux de mortalité, met également l’accent sur la pollution en tant que facteur aggravant des maladies : elle pourrait en être responsable dans une proportion de 13 à 20%. Ce phénomène est le plus marqué dans les villes, or le taux d’urbanisation, de 70% aujourd’hui, devrait être de 80% vers 2050.
  • Alerte à la pollution des eaux minérales. Une étude de la revue 60 millions de Consommateurs et de la fondation France Libertés a montré, fin mars, qu’en France, la plupart des eaux minérales contenaient des résidus de pesticides (atrazine, notamment), de médicaments (tamoxifène, entre autres) et de perturbateurs endocriniens. L’eau du robinet, analysée dans trois départements (Seine-et-Marne, Haute-Vienne et Ille-et-Vilaine) contenait également des pesticides et des résidus de médicaments. Les doses évaluées sont faibles, mais cette étude met en lumière à la fois la contamination de l’environnement et l’insuffisance des normes de contrôle légales des substances polluantes.
  • Des porcs contaminant les fleuves en Chine. Au moins 16 500 porcs ont été retirés du fleuve Huangpu, qui traverse Shangai, en Chine, en mars. Ils ont été jetés par les éleveurs, pour se débarrasser d’animaux malades. La pratique est également coutante de vendre des animaux dans un même état pour la confection de plats. Ces maladies s’expliqueraient par l’usage immodéré des antibiotiques, destinés à pousser la production de porcs. Au moins un circovirus a été retrouvé sur une charogne. Le fleuve Huangpu assure un quart de l’eau potable de la ville de Shangai. Les scandales de sécurité alimentaire ne cessent d’augmenter en Chine, un des plus importants étant celui du lait frelaté. En Chine, 40% des fleuves et rivières sont gravement pollués, et 20% des eaux représentent un réel danger pour les humains.
  • L’essor fulgurant du quinoa. La culture de cette « pseudo-céréale » qui fait partie de la famille des épinards, connaît un développement intense dans ses pays de production en Amérique latine. La Bolivie est le premier exportateur, fournissant 46% de la consommation mondiale, et il est suivi du Pérou. Les pays d’Amérique du nord, et plusieurs en Europe, ont eux aussi commencé à cultiver cette plante, mais à une échelle réduite.
  • Ressusciter l’aurochs ? Ancêtre des bovins domestiques, l’aurochs a disparu en Europe au XVIIème siècle. Une fondation néerlandaise, TaurOs, a décidé de créer un animal lui ressemblant, par croisements successifs de plusieurs espèces de bovidés. Actuellement, une cinquantaine d’hybrides ont été produits. Quatre générations seraient nécessaires pour arriver au résultat d’un animal présentant de nombreux traits morphologiques semblables à ceux de l’aurochs. Dans les années 1920 et 1930, une première tentative avait eu lieu, due aux frères Heck, en Allemagne. De nombreux individus avaient été produits, également par croisement de races espagnoles et françaises essentiellement.
  • La chasse à la baleine japonaise entravée par Sea Shepherd. Le harcèlement de l’organisation écologiste, durant cinq mois, des navires baleiniers japonais dans le Pacifique sud, a réduit les captures à une centaine de petits rorquals, quand l’objectif était d’un millier de ces cétacés.

  

Médias

  • « Ecologie, communauté et style de vie » de Arne Naess. Editions Dehors. La référence de « l’écologie profonde. »
  • « Manger bio, c’est mieux ! » de Claude Aubert, Denis Lairon et André Lefebvre. Editions Terre Vivante.
  • «  Les Droits des animaux » de Tom Regan. Editions Hermann.
  • « Résister, responsabiliser, anticiper » de Mireille Delmas-Marty. Le Seuil éditeur. Sur une refondation nécessaire du droit de l’environnement.

  

Le fait du mois

Une défense d’éléphant volée au Muséum national d’Histoire naturelle. Le 30 mars. Le voleur a été arrêté, la défense récupérée. C’est sans doute le premier vol de ce type dans un musée français et européen. Il a été perpétré dans la galerie de paléontologie. La pièce pesait 3 ou 4 kilos. L’augmentation du prix au marché noir de l’ivoire d’éléphant dans le monde (peut-être 6 000 €/kg actuellement) en raison du braconnage, explique cet acte. Il est à mettre en parallèle avec les vols très nombreux, plusieurs dizaines, de cornes de rhinocéros en Europe depuis 2011, tant dans les musées que chez des particuliers ou dans certaines boutiques spécialisées, des antiquaires, des salles de ventes aux enchères. 

Pour partager cette information