Evénements

. Les promesses écologiques d’Obama. Le président élu américain Barack Obama devrait opérer des changements importants dans la politique des Etats-Unis en matière d’environnement, sur deux points principaux au moins : 
– Concernant le réchauffement climatique, il veut réduire les émissions américaines de CO2 de 80% d’ici à 2050 ; instituer un « permis de polluer », contraignant les entreprises polluantes à verser des indemnités proportionnelles à leur pollution, indemnités qui serviraient à participer au financement du plan d’énergies renouvelables ; mettre en place un système de plafonnement des émissions de gaz à effet de serre ;
– Concernant les énergies renouvelables, il prévoit d’investir 150 millions US$ sur dix ans, avec comme effet, en 2025, d’assurer la production de un quart de l’électricité américaine  avec les énergies éolienne, solaire, ou par le « charbon propre » ;

. Les émissions de gaz à effet de serre augmentent. Entre 1990 et 2006, les émissions des 40 pays ayant signé le protocole de Kyoto ont diminué de 4,7% (soit presque le chiffre, 5%, requis par le protocole). Mais ce résultat est dû essentiellement à la réduction importante des émissions russes, à la suite de la désorganisation de l’économie ayant suivi la disparition de l’URSS. Hors Russie et pays sous influence russe, ces émissions ont crû de 9,9%. Entre 2000 et 2006, les émissions des Occidentaux et du Japon ont augmenté de 2,3%. Seules la France (-3,5%), le Royaume-Uni, l’Allemagne et la Suède ont stabilisé leurs émissions.

. Plan Borloo pour les énergies renouvelables. Le ministre français en charge de l’écologie a dévoilé, à la mi-novembre, les mesures prévues pour les énergies renouvelables, lesquelles devraient représenter 20% de la consommation d’énergie en 2020 :
– 1 milliard € pour financer un « fonds chaleur renouvelable » (production de chaleur à base de bois, énergie solaire, géothermie) ;
– et particulièrement, pour la géothermie, objectif de multiplier par 6 la production, pour desservir 2 millions de foyers en 2010 ;
– idem pour le solaire, dont la France veut devenir leader mondial, avec, en 2011, au moins une centrale solaire dans chaque région ;
– réglementation plus stricte pour les éoliennes, dont l’objectif de 8 000 machines (tant terrestres que marines) est maintenu pour 2020.

. Coût du Grenelle de l’environnement : 440 milliards €. Selon le Meddad, pour la période 2009-2020. Se répartissant ainsi : bâtiment, 205 milliards ; transports, 97 milliards ; énergies renouvelables, 115 milliards ; protection de la biodiversité, 23,2 milliards. L’ensemble de ces mesures devrait générer 535 000 emplois.

. Les eaux souterraines du monde cartographiées. Pour la première fois, par le Programme hydrologique de l’Unesco. Le sous-sol de la planète recèle 273 grandes nappes d’eau.
. Intensification du « néocolonialisme agraire » ? La Chine va exploiter des centaines de milliers d’hectares au Laos pour produire du caoutchouc (hévéa), du biocarburant à base de manioc, du riz hybride ; Madagascar vient de louer 1,3 million ha au groupe sud-coréen Daewoo pour produire de l’huile de palme et du maïs ; le Cambodge est en discussion avec des pays du Golfe et d’Asie pour louer 2,5 millions ha de terres agricoles (sur les 6 millions disponibles).

. Thon rouge : des quotas « effondrants ». Les quotas de pêche du thon rouge pour 2009 décidés par l’ICCAT risquent de signer la mort de l’espèce, victime d’une surexploitation en Méditerranée. Les scientifiques arguaient pour un chiffre minimal de 8 500 à 15 000 tonnes. Le total autorisé est de 22 000 tonnes. Il était de 28 500 tonnes en 2009, avec des prises réelles au moins deux fois supérieures.

. Une nouvelle espèce de gecko éclose en France. Des œufs de gecko rapportés de l’île d’Espiritu Santo (Vanuatu) au Muséum National d’Histoire Naturelle ont donné naissance à une nouvelle espèce, Lepidodactylus buleli.

. La faune sauvage dans la guerre en RDC. La reprise des conflits à l’est de la RDC se traduit par une intensification du braconnage, et une montée des périls pour les éléphants, les hippopotames, les antilopes, les primates, notamment les derniers gorilles de montagne dans le parc des Virunga.

. Des races domestiques menacées d’extinction. Selon la FAO, 20% des races domestiques (soit 1 500 sur les 7 600 existant dans le monde) risquent de disparaître à terme, en raison de plusieurs causes : marginalisation des systèmes de production traditionnels et des races associées, en face de l’extension de l’élevage intensif ; épizooties, catastrophes naturelles et causées par l’homme (guerres) ; pertes dues aux abattages lors des épizooties (43 millions de volailles détruites au Vietnam, soit 17% du cheptel, en 2003 et 2004 lors de la crise d’influenza aviaire). Les chevaux, puis les lapins, les porcs et les bovins, sont les plus exposés. 62 races locales ont disparu de 1990 à 2006. Les solutions de préservation existantes sont la conservation in vivo, avant tout, la conservation in vitro, le clonage, ou la création de nouvelles lignées.

. Concentration problématique des terres agricoles en France. L’histoire de Jean-Hugues Bourgeois, citadin devenu éleveur de chèvres en Auvergne, forcé au départ début décembre en raison des pressions et des menaces, illustre les difficultés des petits agriculteurs et éleveurs, particulièrement ceux non originaires du milieu agricole. Le nombre des exploitations agricoles est passé en France de 1,6 million en 1970 à 545 000 en 2005. Le nombre des fermes de moins de 50 ha a été divisé par 3. Le nombre des fermes de plus de 100 ha a été multiplié par 3. La concentration des terres traduit le développement incessant de l’agriculture industrielle.

 

Les gens

. Disparition de Jacques Piccard. Le grand découvreur de grands fonds marins, attaché à préserver la mer, est décédé le 1er novembre. A bord de sous-marins et de bathyscaphes, il a réalisé plusieurs grandes premières d’exploration. Il avait créé la Fondation pour l’étude et la protection de la mer et des lacs.

. Robert Lion, nouveau président de Greenpeace France. Délégué général de l’Union des HLM, créateur de ce qui deviendra l’Ademe, puis président de la Caisse des dépôts et consignations, il a travaillé ensuite dans le secteur associatif (Energy 21, Agrisud).

Médias

. « Nos enfants nous accuseront », de Jean-Paul Jaud. Documentaire sur les méfaits pour la santé (avec notamment les cancers) de la production alimentaire traditionnelle, et sur les bienfaits de l’agriculture biologique.

. « Quand d’autres hommes peuplaient la Terre – Nouveaux regards sur nos origines » de Jean-Jacques Hublin (Flammarion). Une version différente du « politiquement correct » en cours concernant les hommes préhistoriques chasseurs-cueilleurs.