. Copenhague, J – 6. Les positions se sont précisées pour certains pays, à la veille de la conférence :
– les Etats-Unis se sont enfin engagés sur des objectifs chiffrés ; avec des réductions de 17% des émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2020, de 30% d’ici à 2025 et de 42% d’ici à 2030 ; toutefois la date de référence est 2005, ce qui implique, pour 2020, une réduction effective de 6% par rapport à 1990.
– la Russie propose quant à elle une réduction de 20 à 25% d’ici à 2020, par rapport à 1990 ;
– la Chine, une réduction de 40 à 45% d’ici à 2020, par rapport à 2005.
Une équipe internationale composée de membres du Giec a publié une étude qui ne laisse pas de doute sur les conséquences du réchauffement : élévation moyenne des températures de 0,2°C par décennie depuis 1980 ; montée des mers de 3,4mm par an depuis 2003 ; « forçage climatique » matérialisé par un passage de la teneur en gaz carbonique de l’atmosphère de 280 ppm avant la révolution industrielle à 385 ppm aujourd’hui, et qui augmente continuellement. 
Les émissions de CO2 se sont encore accrues dans le monde en 2008, avec 10 milliards de tonnes de carbone. Les « puits naturels » (océans, terre) ont un rôle qui décroît : ils fixaient 45% du carbone il y a cinquante ans, ils n’en fixent plus que 40% aujourd’hui. Depuis 1990, ces émissions ont augmenté de 41%.

. L’importance du facteur démographique. Le Fonds des Nations-Unies pour la population (Unfpa) a attiré l’attention sur le poids des naissances dans le monde, qui serait un facteur aggravant de la crise climatique, puisqu’il implique une augmentation des émissions de CO2. 
En 2050, une population de 9,15 milliards de terriens est prévue. Mais un scénario à la baisse, avec 7,9 milliards d’habitants, permettrait d ‘économiser 2 milliards de tonnes de CO2. Et sans un effort important de la contraception, l’humanité pourrait compter 11 milliards d’habitants en 2050.

. Augmentation de l’empreinte écologique globale. C’est la surface de la Terre qui serait nécessaire si l’on produisait durablement. Cette empreinte a crû de 2% entre 2005 et 2006, et de 22% depuis dix ans.

. La diminution des calottes glaciaires progresse. Entre 2007 et 2009, la réduction de la calotte glaciaire du Groënland a été de 286 milliards de tonnes par an ; celle de l’Antarctique, de 246 milliards de tonnes.

. Assèchement des zones humides : aggravation du réchauffement. Entre 1990 et 2008, le carbone libéré par la dégradation des zones humides a augmenté de 20%. Ces émissions pourraient avoir représenté 2 milliards de tonnes de CO2.

. OGM pour les animaux en France. 4,5 millions de tonnes de soja OGM sont importés en France chaque année, pour la nourriture du bétail. La réglementation européenne impose une limite de 0,9% d’OGM pour les produits en contenant, mais cela ne concerne pas les produits (lait, viande, œufs), provenant d’animaux nourris avec des OGM.

. Recrudescence du trafic d’ivoire. 30 000 éléphants seraient abattus chaque année en Afrique, un chiffre en très nette augmentation. Principalement en Afrique centrale. Les cinq pays les plus impliqués dans le trafic sont la Chine, avant tout, suivie par le Cameroun, la République démocratique du Congo, le Nigéria et la Thaïlande.

. Thon rouge : un accord insatisfaisant. Les écologistes comme les pêcheurs ont critiqué le quota fixé par la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique (Iccat), pour le thon rouge, de 13 500 tonnes en 2010. Les scientifiques estiment qu’un maximum de 8 500 tonnes serait justifié pour cette espèce.

. Nouvelle Liste Rouge de l’UICN. Avec, comme tous les ans, une tendance à l’aggravation de la détérioration de l’état de la biodiversité : 21% des mammifères, 30% des amphibiens, 12% des oiseaux ; ainsi que 28% des reptiles, 37% des poissons d’eau douce, 35% des invertébrés et 70% des plantes, recensés par l’organisation.

. Une réserve de 514 000 km2 pour l’ours polaire. C’est un projet de l’administration américaine, au nord de l’Alaska. Les 2/3 des ours pourraient avoir disparu en 2050, en raison de la fonte de la banquise.

. Le « whale watching », une activité prometteuse. En 1998, 9 millions d’observateurs des baleines, 87 pays impliqués et 1 milliard $ de revenus dégagés ; en 2008, 13 millions d’observateurs, 119 pays impliqués et une ressource de 2,1 milliards $, selon une étude de l’ONG IFAW.

Nominations

. Kumi Naidoo, nouveau directeur de Greenpeace International. Indien d’Afrique du Sud, militant actif dans le domaine de la société civile, il préside l’association TckTckTck, qui lutte contre les effets du changement climatique.

 

Publications

. « Le livre noir de l’environnement » de Henry Augier. Editions Alphée-Jean-Paul Bertrand.

. « Bilan Planète » du journal Le Monde. Edition 2009. 

. « Océans », images du film de Jacques Perrin et Jacques Cluzaud, textes de Stéphane Durand et François Sarano. Editions du Seuil.

. Une nouvelle revue : ART ANIMALIER. Bimensuel. www.artanimalier.fr