logo revue actualite alain zecchini

 

 

 

Revue d’Actualité – Mardi de l’Environnement  5 février 2013

 

 

 

Evénements 

  • 9,3 milliards de Terriens en 2050. Les dernières projections démographiques montrent un accroissement général de la population mondiale (6,9 milliards d’individus en 2010), mais aussi des modifications importantes dans la répartition à l’échelle globale. L’Inde devrait devenir, avec 1,7 milliards d’habitants, le pays le plus peuplé, devant la Chine (1,2 milliards). L’Asie restera la première puissance démographique ; l’Europe devrait confirmer son recul (719 millions d’habitants contre 738 en 2010) ; et la population de l’Afrique devrait doubler, passant de 1 milliard d’habitants à 2,1 milliards. Dans le même temps, une forte augmentation du vieillissement est prévue, 1 personne sur 5 serait âgée d’au moins 60 ans en 2050, contre 1 sur 9 en 2010.

 

  • L’Arctique, des enjeux essentiels pour la planète. La conférence Arctic Frontiers, qui s’est tenue à Tromso (Norvège), du 20 au 25 janvier, a réuni 150 spécialistes de la zone et d’ailleurs sur trois thèmes qui sont au cœur de la problématique actuelle et future du continent : la géopolitique (avec l’arrivée de nouveaux-venus dans le jeu d’influences régional, Chine, Corée du Sud, Japon, Inde et Communauté européenne), l’exploitation des ressources marines, la productivité marine arctique (chaîne trophique).

 

  • Le Spitzberg, des ressources disputées. L’archipel du Spitzberg, sous juridiction norvégienne, devient un nouvel enjeu dans la compétition internationale pour les ressources. La zone maritime de 800 000 km2 est riche en stocks de poissons, la pêche étant autorisée à plusieurs Etats, dont la France, et potentiellement en hydrocarbures. Oslo maintient que les droits de ces Etats ne valent que pour les eaux territoriales (jusqu’à 12 miles marins des côtes), quand ces derniers se réclament de la Zone économique exclusive (ZEE, jusqu’à 200 miles marins des côtes).

 

  • Guyane française : une mine d’or menace le parc national. Le ministre français du redressement productif a accordé, le 11 décembre dernier, à la société française Rexma l’autorisation d’exploiter l’or alluvionnaire de la rivière Limonade, près du village de Saül, jouxtant le parc national amazonien. Le ministère de l’Ecologie a manifesté sa surprise devant cette mesure … Le permis de la société concerne une zone interdite à l’orpaillage par le Schéma départemental d’orientation minière. L’opposition locale est forte, s’appuyant sur les risques de pollution et de destruction des milieux naturels.

 

  • Deux nouvelles sources d’énergie « révolutionnaires » ? Les perspectives d’exploitation du gaz de houille sont présentées en France comme extrêmement prometteuses, avec des gisements en Lorraine de plusieurs dizaines de milliards de m3. Ce gaz, le « grisou » est du méthane, retenu à la surface du charbon. Une société entreprend actuellement des forages d’exploration. Par ailleurs, le Japon va commencer à exploiter des gisements d’hydrates de méthane très importants dans la fosse de Nankai, au large de ses côtes, sous le plancher marin. Ces gaz sont aussi l’objet d’une prospection intense des Etats-Unis en Alaska, dont les fonds marins et le permafrost contiendraient le quart des réserves mondiales. Lesquelles sont évaluées à 1 200 milliards de m3, soit plus que celles de pétrole, de gaz et de charbon ensemble.

 

  • L’échec de l’Europe sur la sécurité sanitaire. L’Agence européenne de l’environnement a publié un rapport, le 23 janvier, qui met l’accent sur les dysfonctionnements du système de régulation sanitaire et environnementale, particulièrement en Europe, liés à l’utilisation prolongée de produits nuisibles pour la santé humaine et/ou pour l’environnement. Quinze dossiers sont ainsi passés au crible : bisphénol A, DDT, Gaucho et Cruiser, plomb dans l’essence, perchloroéthylène dans les canalisations d’eau, etc.

 

  • L’exploitation du mercure est enfin freinée. Après quatre ans de discussions, une convention internationale a été signée le 19 janvier pour réduire les impacts de l’exploitation du mercure. Tout Etat signataire doit voir sa production de mercure cesser dans un délai de quinze ans (la Chine, premier producteur mondial, est directement concernée). Une liste de produits contenant du mercure et devant disparaître en 2020 a été également publiée. C’est un début, mais des progrès restent à faire. Les émissions atmosphériques de mercure sont liées en majorité à l’extraction de l’or et aux centrales à charbon, lesquelles se multiplient. La convention doit entrer en vigueur après ratification par au moins cinquante Etats.

 

  • CITES 2013 : la biodiversité aux risques du commerce. La 16ème session de la conférence des parties de la CITES se tiendra à Bangkok, Thaïlande, du 3 au 14 mars prochain. Parmi les dossiers emblématiques des propositions d’amendements : le transfert de l’annexe II à l’annexe I de l’ours polaire (demandeur, USA) (13 associations françaises ont appelé le gouvernement français à soutenir la proposition américaine) ; l’introduction d’un quota zéro pour les trophées de chasse de rhinocéros blancs d’Afrique du Sud et du Swaziland jusqu’à la 18ème session (Kenya) ; le transfert du lamantin d’Afrique de l’annexe II à l’annexe I (Bénin, Sénégal, Sierra Leone) ; le transfert de trois espèces de crocodiles de Colombie et de Thaïlande de l’annexe I à l’annexe II ; l’inclusion en annexe II de nombreuses espèces de requins ; l’inclusion en annexe II de plusieurs espèces de bois de rose d’Amérique du Sud et d’Asie.

 

  • Triste record pour les rhinocéros. En 2012, 668 rhinocéros ont été abattus par les braconniers en Afrique du Sud, surpassant le chiffre déjà très élevé atteint en 2011, 448. Entre 2006 et 2012, 2 240 rhinocéros ont été victimes du braconnage en Afrique, dont 76% en Afrique du Sud. Ce pays a signé un accord avec l’un des premiers pays de destination de la corne, le Vietnam, le 10 décembre, accord en principe destiné à réduire ce commerce illégal.

 

  • Deux nouvelles ourses pour les Pyrénées. Deux associations françaises, Ferus et Pays de l’Ours, ont annoncé leur intention de lâcher deux ourses au printemps 2013 ou au plus tard en 2014, l’une dans les Pyrénées-Occidentales, l’autre dans les Pyrénées-Centrales.

 

  • Première réunion de l’IPBES. Le « Giec de la biodiversité » s’est réuni pour la première fois à Bonn, Allemagne, le 26 janvier. Un groupe de 25 experts a été constitué. Les Etats ont manifesté leur intention de garder la haute main sur cet organisme (dont sont exclus les ONG, les associations scientifiques ou les représentants de peuples indigènes).

 

 

Distinctions

 

  • Jean Jouzel, prix Vetlesen 2012. Le paléoclimatologue français a obtenu ce prix, considéré comme le Nobel des sciences de la Terre et de l’univers, pour ses travaux sur le climat et les glaces. Il est par ailleurs co-lauréat, avec le Giec et Al Gore, du prix Nobel de la paix en 2007.

 

 

Manifestations 

  • 2013, année internationale de la coopération dans le domaine de l’eau. La journée mondiale de l’eau sera célébrée le 22 mars 2013.

 

 

Médias 

  • « Green deal. La crise du libéral-productivisme et la réponse écologiste » de Alain Lipietz. Editions La Découverte.

 

  • « No steak » de Aymeric Caron. Editions Fayard.

 

  • “L’homme peut-il s’adapter à lui-même ? », collectif, coordination Gilles Bœuf. Editions Quae.

 

  • « Sites pollués radioactifs en Arctique », rapport de l’association Robin des Bois.

 

 

Les faits du mois 

  • Un sursis jusqu’au 19 février de la décision d’euthanasie légale des deux éléphantes du cirque Pinder suspectées d’être atteintes de tuberculose.

 

  • L’élimination par fusillade de tous les chiens de la ville de Tombouctou (Mali), après la prise de cette ville par les milices djihadistes, ces dernières ayant argué que les chiens ne pouvaient être conformes aux principes du Coran.

 

  • Le sauvetage en Chine, dans la ville de Guangdong, en janvier, d’un millier de chats destinés à être consommés, par des habitants qui ont racheté les animaux au propriétaire, après le renversement du camion qui les transportait. Il est estimé que 4 millions de chats au moins sont destinés au circuit alimentaire chaque année en Chine.
Pour partager cette information