Revue d’Actualité d’Alain Zecchini – Mardi de l’Environnement

7 février 2012

 

Evénements

. Grenelle de l’environnement : bilan financier contrasté. La Cour des comptes a estimé, dans un rapport rendu public à la mi-janvier, que l’impact budgétaire du Grenelle de l’Environnement avait été satisfaisant ; mais que le volet fiscal contenait plusieurs points négatifs. Toutefois, globalement, elle considère que les premiers résultats du Grenelle sont encourageants. Sur le plan budgétaire, les dépenses ont été contenues à 5 milliards €, sans compter celles des collectivités territoriales. Sur le plan de la fiscalité, il y aurait 26 niches fiscales réductrices de recettes, notamment l’abandon de la taxe carbone. Les résultats sont pourtant considérés comme prometteurs dans les secteurs du bâtiment et des énergies renouvelables.

 . La plus grande centrale solaire d’Ile-de-France en Seine-et-Marne. Elle a été inaugurée le 21 janvier à Sourdun. Elle doit produire 5 000 mégawatts/heure, soit l’équivalent de la consommation électrique d’une ville de 2 000 habitants.

 . Une ligne à très haute tension qui fait débat. Il s’agit de la future ligne Cotentin-Maine, en France, qui doit acheminer l’électricité produite par le réacteur nucléaire EPR de Flamanville, en construction, en traversant les départements de la Manche et de la Mayenne. Les opposants à cette ligne THT soulignent les risques des champs électromagnétiques émis par ce type de ligne, d’une puissance de 400 000 volts, sur la santé. Six recours ont été déposés devant le Conseil d’Etat.

 . Dans le golfe du Lion, un projet de forage discuté. Une société américaine a entrepris, depuis novembre 2010, une campagne de recherche d’hydrocarbures au large de Toulon et de Marseille, qui est l’objet de virulentes oppositions de la part d’associations écologistes. Plusieurs échouages anormaux de cétacés seraient dus aux travaux de prospection sismique acoustique de cette société ; le parc marin de Port-Cros a souligné la vulnérabilité des écosystèmes marins aux risques de marée noire.

 . Arctique : compétition accrue pour les ressources naturelles. Les Etats-Unis, le Canada, la Russie et la Norvège multiplient leurs projets d’exploitation du pétrole et du gaz de l’Arctique. 37 entreprises ont obtenu des concessions pétrolières auprès du gouvernement norvégien ; un gisement pétrolier sous souveraineté russe devrait entrer en exploitation cette année et l’exploration du plus grand gisement de gaz russe a été accordée à une société russe alliée à une société américaine ; au Canada, les projets de développement miniers et pétroliers sont très importants, notamment au Québec ; par ailleurs, les Etats-Unis évaluent la possibilité d’exploiter, en plus des gisements de pétrole et de gaz, ceux  d’hydrate de méthane, une nouvelle source s’énergie, dont l’Alaska détiendrait 17 000 milliards de m3 sous terre et 1,2 million de milliards de m3 en mer (assez, suivant une sénatrice de l’Alaska, pour assurer l’approvisionnement des Etats-Unis pendant mille ans). A tous ces projets, qui témoignent bien d’une course effrénée aux ressources, sont à rapprocher ceux des forages de pétrole dans la zone des îles Malouines, sous juridiction anglaise, mais toujours disputées par l’Argentine. Les estimations les plus optimistes des réserves de pétrole sont de 60 milliards de barils, c’est-à-dire autant que les gisements de la mer du Nord, qui ont été d’une importance capitale pour l’économie du Royaume-Uni dans la période contemporaine.

 . La Chine, premier opérateur du fret maritime mondial. Sept des dix plus grands ports mondiaux sont chinois. Cette activité est à mettre en rapport avec l’ouverture prochaine des passages de l’Arctique, très attendue par les transporteurs maritimes, et qui n’est pas exempte de risques pour l’environnement de cette région polaire.

 . Le Chaco du Paraguay en défrichement accéléré. C’est l’un des derniers grands réservoirs de biodiversité du monde, et il est de plus en plus menacé par l’agriculture. La déforestation se poursuit au rythme de 10 km2 par jour – essentiellement pour les pâturages. Dans la dernière décennie, les exportations de bœuf ont été multipliées par trois et le cheptel est passé de 2,4 millions à 3,9 millions de têtes.

 . L’Argentine restreint les achats de ses terres cultivables par des étrangers. Ces derniers ne pourront désormais en posséder que 15% au maximum. La loi indique aussi une limite de 1 000 hectares pour chaque propriétaire étranger dans certaines régions fertiles comme la Pampa. D’ores et déjà, 10% des terres cultivables sont détenues par des étrangers, soit 300 000 km2 (à rapporter aux 2 780 000 km2 du pays). Le soja représente à lui seul 62% de ces terres cultivables.

 . OGM en France : la bataille continue. La firme BASF, n°1 mondial de la chimie, fait une marche arrière partielle sur les OGM : elle a décidé d’arrêter la culture et la commercialisation en Europe de la pomme de terre OGM Amflora. Tout en poursuivant sa collaboration avec la société Monsanto. L’Etat français, de son côté, a réaffirmé son opposition au maïs OGM Monsanto 810, et annoncé, pour la fin février, l’activation d’une nouvelle clause de sauvegarde interdisant toute culture de semence génétiquement modifiée dans le pays. Le Haut Conseil des biotechnologies a rendu public, le 17 janvier, un avis sur la coexistence entre les cultures OGM et non-OGM. Actuellement, le seuil de contamination aux transgènes, pour les cultures non-OGM, est fixé à 0,1% (il est de 0,9%, seuil européen, pour les cultures qui contiennent des OGM).  Pour interdire cette contamination aux cultures non-OGM, souligne le Haut Conseil, des mesures contraignantes doivent s’imposer, ce qui revient à dire que ce risque de contamination est de toutes  façons réel. Le décret d’application de l’étiquetage sans OGM (suivant la loi de 2008) a finalement été pris le 1er février. Il prévoit quatre cas d’étiquetage, autorisés, mais non obligatoires : « nourri sans OGM (0,1%) » et « nourri sans OGM (0,9%) » pour les aliments d’origine animale ; «sans OGM » pour les aliments d’origine végétale ; et « sans OGM dans un rayon de 3 km » pour le miel. 

 . 26% des plantes menacées en Ile-de-France. Soit 400 espèces, selon une recension conjointe UICN-Muséum national d’Histoire naturelle-Natureparif. Parmi celles-ci, 128 risquent de disparaître dans les prochaines années. Depuis le XVIIIe siècle, 85 espèces végétales se seraient éteintes dans la région.

 . Intensification du braconnage des rhinocéros et des éléphants en 2011. 448 rhinocéros ont été abattus en Afrique du Sud l’an passé (et 11 l’ont déjà été en janvier cette année). A ces chiffres pour 2011 il faut ajouter 200 animaux tués pour la « chasse sportive ». 28 rhinocéros ont succombé aux braconniers au Zimbabwe, 27 au Kenya, 2 au Swaziland. Soit au total 705 rhinocéros en 2011. Concernant les éléphants, 23 tonnes d’ivoire ont été saisies dans le monde l’an passé, représentant au moins 2 500 animaux. Mais on estime que dans la seule Afrique, 35 000 éléphants pourraient être abattus tous les ans.

 . Près de 18 000 espèces ont été découvertes en 2011. Essentiellement des crustacés, des mollusques et des insectes. Elles s’ajoutent au 1,9 million déjà recensé.

 . Chasse à la baleine : le satisfecit de Sea Shepherd. L’ONG qui s’oppose aux chasses à la baleine japonaises dans le Pacifique sud estime avoir fait interrompre la campagne de l’an passé, avec seulement 17% des prises escomptées, et avoir sauvé ainsi 860 grands cétacés.

 

 Manifestations et Médias

 . 6e Forum mondial de l’eau à Marseille. 12-17 mars 2012. www.worldwaterforum6.org/fr

 . Festival « Film, recherche et développement durable », Toulouse. 29 mars-4 avril 2012 .http://blogs.univ-tlse2 .fr/fredd/

 . Exposition « L’origine de la pomme », Paris. Jusqu’au 5 mars 2012. Association ALMA / Ville de Paris. 41 rue Belmondo, 75012 Paris.

 . Salon de l’agriculture. Paris, Porte de Versailles, 25 février-4 mars 2012.

 . 29e Festival international du film d’Environnement. 7-14 février 2012. Paris, Cinéma des Cinéastes, Paris 17e et  en Ile-de-France. www.festivalenvironnement.com

 . Les Fondateurs de l’agriculture biologique, Albert Howard, Rudolf Steiner, Maria et Hans Müller, Hans Peter Rusch, Masanobu Fukuoka, d’Yvan Besson. Editions Sang de la Terre.

 

 Histoires « naturelles » 

Triste record pour le thon. Un thon rouge  de 269 kg été adjugé aux enchères 565 000 euros, le 5 janvier, au principal marché aux poissons de Tokyo.

 Des pandas très diplomatiques. Deux pandas « loués » pour 10 ans à la Chine sont arrivés en France, le 14 janvier, un mâle et une femelle. Ils ont fait l’objet de tractations diplomatiques intenses de quatre ans entre la Chine et la France. Ils sont destinés au zoo de Beauval (Loir-et-Cher), pour une contrepartie financière de 750 000 € par an, allouée à l’Association chinoise des parcs zoologiques. On estime que moins de 1 500 pandas survivent dans la nature. Environ 200 autres sont détenus dans des centres d’élevage, mais les réintroductions ne semblent pas prévues par le gouvernement chinois.

Pour partager cette information