logo revue actualite alain zecchini

 

 

 

Revue d’Actualité – Mardi de l’Environnement  8 janvier 2013

 

 

 

 Evénements

      • Doha, un échec programmé. La conférence sur le climat s’est terminée le 8 décembre dernier à Doha (Qatar) sur un constat d’échec qui était prévu. Un accord  a minima a sauvé quelques apparences, mais les problèmes demeurent, et les chances d’aboutir dans un futur pas trop éloigné sont encore affaiblies. Le protocole de Kyoto a certes été reconduit, pour huit années, à la satisfaction des pays en développement, mais les pays industrialisés concernés sont peu nombreux, et de surcroît ne représentent que  15% des émissions mondiales de CO2 :  Union européenne, Australie, et quelques autres. L’aide financière que demandent ces pays en développement aux pays riches n’a toujours pas été dégagée. A la place, une invitation « à faire au moins aussi bien » que les trois années précédentes. Les prochaines conférences se tiendront en Pologne en 2013, au Pérou ou au Venezuela en 2014, et peut-être en France (Paris) en 2015, si la candidature de ce dernier pays est acceptée.
      • La taxe carbone aviation gelée. Devant la « bronca » de la presque totalité des membres de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI), le projet de la Commission européenne d’instituer une taxe carbone sur les activités des compagnies aériennes pour les vols au départ ou à destination de l’Europe a été reporté, en principe d’un an. Ce projet prévoyait d’obliger les compagnies aériennes à compenser 15% de leurs émissions de gaz à effet de serre en achetant des crédits carbone, le restant, soit 85%, leur étant alloué en  quotas gratuits.
      • Les aires marines françaises à marée basse. « Politique de rigueur » oblige, l’Agence des aires marines protégées voit son budget réduit en 2013 de plus de 10%. Plusieurs projets doivent être repoussés, et notamment des créations. Ainsi le sanctuaire des cétacés dans les Antilles, le parc naturel  marin des Estuaires picards et de la mer d’Opale, le parc marin de Gironde et des Pertuis charentais. Après le  Grenelle de la mer, en 2009, l’ouverture d’une dizaine de parcs naturels marins avait été prévue pour 2013.
      • Une proposition de loi pour réduire les risques liés aux ondes électromagnétiques. Elle est le fait du groupe écologiste à l’Assemblée nationale française. Elle vise notamment à limiter l’implantation des antennes-relais et à encadrer plus fortement le wi-fi, des mesures destinées à réduire les seuils d’émission. Une étude internationale, sous le titre « Bio initiative », lance un avertissement sur les impacts sanitaires des effets des champs électromagnétiques (téléphones cellulaires, antennes-relais, wi-fi, tablettes, etc.).  Les scientifiques estiment « urgent d’abaisser les seuils d’exposition aux ondes et aux technologies sans fil pour les personnes atteintes d’autisme, les enfants, les futurs parents et pendant la grossesse. »
      • Les écologistes français veulent une interdiction définitive du gaz de schiste. Une proposition de loi également due au groupe parlementaire à l’Assemblée nationale Europe Ecologie-Les Verts a été déposée pour faire interdire complètement l’exploration et l’exploitation des gaz de schiste, quelle que soit la technique qui pourrait être utilisée.
      • Mais la Grande-Bretagne dit oui aux gaz de schiste. Londres a décidé d’accorder le feu vert à l’exploitation des gaz de schiste à la mi-décembre. Cette décision, si elle fait l’objet d’un consensus des deux formations politiques principales, rencontre l’opposition des environnementalistes. Elle est présentée comme justifiée en raison de l’épuisement des réserves de gaz de la mer du Nord, mais également en raison de la fermeture, d’ici à 2015, du quart des centrales à charbon, et de l’arrêt projeté de la majorité des centrales nucléaires d’ici à 2023. Actuellement, le gaz assure 40% de l’électricité, le charbon, 30%, et le nucléaire 19%. Les gisements de gaz de schiste sont évalués comme très importants, mais aucun chiffre n’est donné. L’exploitation de cette énergie fossile rendrait néanmoins problématique l’engagement du Royaume-Uni de réduire de 34%, en 2020, par rapport à 1990, ses émissions de gaz à effet de serre. Le gouvernement compte donc  accentuer les aides en faveur des technologies non carbonées, comme l’éolien.
      • Essor du nucléaire dans le monde. L’accident de Fukushima n’a certainement pas freiné le développement de cette technologie, puisque l’Agence internationale pour l’énergie atomique prévoit que d’ici 2030 entre 90 et 350 centrales nucléaires s’ajouteront aux 435 qui existent actuellement.
      • Relance de la filière de l’énergie solaire en France. La ministre de l’Ecologie Delphine Batho a présenté le 7 janvier un ensemble de mesures destinées à donner une nouvelle impulsion au secteur de l’énergie solaire, lequel a perdu, selon l’Ademe, 14 500 emplois entre 2010 et 2012 : principalement le doublement annuel de la capacité de la filière (1 000 MW au lieu de 500 MW) ; un appel d’offres pour les grands parcs photovoltaïques représentant au total 400 MW ; et la bonification portée de 5% à 10% sur les tarifs de rachat pour les installations produites en Europe (une mesure notamment destinée à freiner les importations de modules photovoltaïques chinois – la Chine, leader mondial dans ce secteur, faisant d’ailleurs l’objet d’une enquête pour dumping en Europe).
      • Une exploitation colossale de fer au Groënland. Une mine de fer devant produire 15 millions de tonnes par an sera exploitée au Groënland, pour le marché chinois, à 150 km de la capitale du territoire. L’accord a été conclu avec la première banque chinoise. La polémique enfle, non seulement en raison des sévères impacts négatifs sur l’environnement qui sont attendus, mais également parce qu’il est prévu d’ « importer » 2 000 à 3 000 ouvriers chinois pour travailler dans cette mine, au détriment de la population locale.
      • Le Bouthan, première agriculture du monde 100% Bio ? C’est en tout cas le but affiché des autorités. En 2020, les engrais chimiques et les pesticides seront interdits. L’agriculture bouthanaise est essentiellement vivrière, mais n’utilise pas beaucoup d’intrants chimiques. Elle fait vivre 79% de la population. Un programme de formation au bio doit être mis sur pied dans le pays.
      • Un biodiesel d’origine animale. Une filière française de production de biodiesel à partir de graisses animales non alimentaires et d’huiles de friture usagées doit voir le jour à la fin 2013, sur un site de la zone portuaire du Havre. Elle est due à un partenariat du groupe de grande distribution Les Mousquetaires et de la société Saria. Elle devrait produire 75 000 tonnes par an. Avec, au final,  l’incorporation dans le gazole à hauteur de 7%, comme le prévoit la réglementation.
      • L’Europe interdit la découpe des ailerons de requins. Le Parlement européen a banni, en novembre, pour les navires pêchant dans les eaux communautaires et les bateaux européens en dehors de celles-ci, la découpe des ailerons de requins. L’Europe assure la plus grande part de la pêche au requin, soit 100 000 tonnes par an (l’Espagne à elle seule en représentant 60 000 tonnes), suivie par l’Indonésie, 90 000 tonnes, et l’Inde, 80 000 tonnes. Il est estimé que 73 millions de requins sont pris dans les eaux mondiales chaque année. Le commerce des ailerons de requins intéresse essentiellement l’Asie.

Les professions

      • Nicolas Hulot, ambassadeur de l’environnement. Nicolas Hulot a été nommé par le président François Hollande, le 6 décembre, « envoyé spécial du président de la République pour la protection de la planète. »
      • Francis Rol-Tanguy fermera Fessenheim. Ancien directeur de cabinet du ministre (Parti communiste)  des transports Jean-Claude Gayssot, Francis Rol-Tanguy, délégué interministériel, est chargé de piloter la fermeture de la centrale nucléaire controversée de Fessenheim, d’ici fin 2016.

Médias

      • « Sur les traces de la Bièvre parisienne. Promenades au fil d’une rivière disparue » de Renaud Gagneux, Jean Anckaert et Gérard Conte. Editions Parigramme.
      • « La Grande (sur)Bouffe » de Tristam Stuart et Bruno Lhoste. Editions Rue de l’Echiquier.

Manifestations

      • « C’est ma nature ». Expositions sur les visions de la nature par l’homme. Muséum, Orangerie, Grenoble, jusqu’au 10 mars 2013.

Le fait du mois

      • Deux éléphantes au centre d’une polémique. Deux éléphants d’Asie femelles suspectés d’être atteints de tuberculose, appartenant au cirque Pinder, ont déclenché les passions, en janvier. Le 11 décembre, la préfecture du Rhône, en application d’une décision du juge des référés du tribunal administratif de Lyon, a ordonné l’euthanasie des animaux, laquelle devait être exécutoire avant le 10 janvier. C’est le décès d’une autre éléphante congénère en raison de la tuberculose qui a motivé cette décision, sans que l’état sanitaire des deux autres éléphantes n’ait été examiné. Une pétition pour la « grâce » de celles-ci a recueilli plus de 70 000 signatures, ainsi que le soutien de célébrités comme Brigitte Bardot. Le directeur du cirque Pinder est intervenu auprès du chef de l’Etat, et il a déposé un pourvoi auprès du Conseil d’Etat.
Pour partager cette information