logo_revue_actu_az-80X80

Revue d’Actualité

Mardi de l’Environnement 

 

janvier 2015

Evénements :

  • Une conférence climatique plutôt décevante. La 20ème conférence des Parties sur le climat, qui s’est tenue du 1er au 12 décembre à Lima (Pérou), n’a pas produit de résultats significatifs, tant les augures étaient de toutes façons défavorables bien longtemps avant l’ouverture de cette réunion. Les 195 délégations ne se sont pas engagées résolument dans la détermination d’objectifs contenant des mesures obligatoires – les Etats, « pour ceux qui le peuvent » indiqueront en mars 2015 quels efforts ils comptent consacrer pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, mais cette disposition pourra être prolongée jusqu’en octobre, soit à la veille de la nouvelle conférence climatique en décembre à Paris, ce qui laisse planer des doutes certains sur l’efficacité du processus.
  • L’environnement, délaissé par la Commission européenne. Le programme de travail pour 2015 de la Commission européenne fera l’impasse sur deux textes importants prévus par la Commission précédente, deux projets législatifs concernant l’économie circulaire (réduction des déchets) et la qualité de l’air (durcissement des mesures anti-pollution). La nouvelle Commission a annoncé son intention de présenter de nouveaux textes courant 2015, mais de l’avis de la plupart des observateurs, cela devrait rester lettre morte, tant le lobbying du patronat, hostile à ces mesures, est-il fort.
  • La loi sur le préjudice écologique en France attend toujours. Quinze ans après le naufrage du pétrolier Erika, qui avait dévasté les côtes bretonnes, et impulsé la nécessité d’une nouvelle réglementation concernant les risques écologiques, la loi sur le préjudice écologique n’est toujours pas en vigueur. Promise pour 2013, puis 2014, elle n’a pas encore été examinée par le parlement, même si le ministère de la Justice indique que les textes sont rédigés.
  • Le Danemark avance ses positions sur l’Arctique. L’un des cinq pays riverains de l’Arctique, le Danemark, via le Groenland, a déposé en décembre une demande d’extension de son territoire dans la zone, auprès de la commission des limites du plateau continental des Nations unies. Cette extension couvre 895 000 km2. Le Danemark estime que la dorsale de Lomonossov, sous-marine, est incluse dans le territoire géologique qui est le sien. De facto, le pôle nord serait lui aussi compris dans ce territoire.
  • L’Espagne veut le gaz de schiste. Le gouvernement espagnol s’est déclaré décidé à entreprendre l’exploitation du gaz de schiste dans le pays, et ce, en fonction de la technique actuelle de la fracturation hydraulique, laquelle fait l’objet de vives critiques des défenseurs de l’environnement en raison des risques qu’elle implique. Cette prise de position est toutefois combattue par plusieurs régions (Cantabrie, Catalogne, Rioja, Navarre) et discutée par d’autres (Andalousie, Pays basque).
  • La Belgique renoue avec le nucléaire. Le gouvernement belge a annoncé, en décembre, son intention de déposer un texte de loi visant à prolonger de dix ans la durée de vie de deux centrales nucléaires, Doel 1 et Doel 2 (qui sont maintenant vieilles de quarante ans), et ce jusqu’en 2025. Elles devaient être arrêtées en 2015, le royaume censé sortir du nucléaire en 2025.
  • Marée noire au Bangladesh. Heurté par un navire, un pétrolier a créé une marée noire au Bangladesh, dans la région des Sundarbans, dans le delta du Gange, depuis le début décembre 2014. Cette région est celle des mangroves, qui sont souillées par les 350 000 litres de pétrole répandus. Les mangroves sont parmi les écosystèmes du monde qui ont le plus à souffrir des activités humaines, en raison principalement des élevages de crevettes, qui détruisent ces habitats naturels. Le Vietnam, l’Indonésie, l’Amérique latine, sont les zones les plus affectées par ces destructions.
  • Un projet controversé de canal « pharaonique » au Nicaragua. Présenté clairement comme devant concurrencer le canal de Panama, et prendre le marché qu’il représente, le projet de canal nicaraguayen entre la mer des Caraïbes et l’Océan pacifique est une entreprise colossale, qui devra exiger un budget de 50 milliards de dollars et cinq ans de travaux, jusqu’en 2020. Mais il devrait avoir un autre prix, ont souligné ses opposants : expropriation de 30 000 personnes ; risques majeurs pour seize bassins hydrographiques, et surtout pour le lac Cocibolda, d’eau douce, qui serait traversé par ce canal ; menaces évidentes pour la biodiversité, très riche dans la zone ; destruction de milliers d’hectares de jungle. Le gouvernement met en avant la promesse de création de 200 000 emplois.
  • L’aéroport français de Notre-Dame-des-Landes confirmé par l’exécutif. Sujet de controverses qui durent depuis plusieurs années, et prétexte d’affrontements nombreux entre les opposants et les forces de l’ordre, le projet du futur aéroport de Notre-Dame-des- Landes , dans la région de Nantes, a reçu, en décembre, un nouvel appui du Premier ministre Manuel Valls, puis, en janvier, du Président de la république François Hollande.
  • Le retour des grands carnivores. Pourchassés pendant des siècles en Europe, le loup gris, l’ours brun, le lynx eurasien et le glouton voient maintenant leurs effectifs remonter, selon un recensement effectué dans les pays européens (à l’exception de la Russie, de l’Ukraine et de la Biélorussie). Trois facteurs principaux expliquent ce renouveau : l’essor parallèle des populations d’ongulés sauvages, proies de ces carnivores ; l’exode rural, qui augmente leurs habitats ; la législation protectrice les concernant (Convention de Berne, directive Habitat faune-flore).

Médias :

  •  » La nuit des éléphants  » de Thierry Machado. Film DVD, France TV distribution.
  •  » Nature  » de Patrick Morris et Neil Nightingale. Documentaire animalier,en salle.
  •  » Animal  » sous la direction de Rémi Mathis et Valérie Sueur-Hermel. Editions de la BNF.
  •  » Omerta sur la viande, un témoin parle  » de Pierre Hinard. Editions Grasset.
Pour partager cette information