Revue d’Actualité –  7 juin 2011

 

Evénements

 

. Sables bitumineux : l’Europe veut restreindre leur importation. Bruxelles a l’intention de freiner l’importation du pétrole issu de ces sables à la faveur d’une révision de la directive européenne sur les carburants. Ce pétrole génère 103 g de CO2 par mégajoule, contre 87 g pour le pétrole conventionnel. Son exploitation, de plus, a un fort impact sur l’environnement, en raison des techniques utilisées : après l’extraction des sables dans des mines à ciel ouvert,  la séparation du pétrole et du sable avec de l’eau chaude et des produits chimiques, ce qui produit des déchets toxiques, qui sont stockés dans des étangs , d’une part ; l’injection de vapeur chaude dans des puits pour faire fondre le bitume, suivie par le pompage du pétrole à la surface. Le pétrole issu de ces sables représente 2% de la production mondiale de pétrole. Le Canada est de loin le premier pays producteur. De très importantes perspectives sont attendues, au Canada, mais aussi à Madagascar et en Argentine.

 

. Gigantesques projets de développement au Canada. Le bassin du fleuve Mackenzie, qui représente le cinquième du pays, au nord-ouest, est la proie de convoitises pour exploiter son potentiel de ressources. Plus de la moitié du pétrole canadien est déjà issu des sables bitumineux de cette région. Les projets de développement visent à tripler la production actuelle. De plus, de nombreux barrages supplémentaires sont prévus sur des affluents du fleuve. L’écosystème de ce bassin est très riche et diversifié ; il joue aussi le rôle, par ses forêts, de « poumon humide » pour le reste du pays. Or ce rôle est déjà mis en cause par le réchauffement climatique ; la pollution induite par cette exploitation des sables, et le pompage de grandes quantités d’eau (un baril de pétrole étant produit pour quatre barils d’eau), ajoutés aux impacts sur le réseau hydrographique, risquent également d’affecter l’écosystème.

Au Québec, le gouvernement a annoncé son intention d’ investir 85 milliards de dollars canadiens dans le Grand Nord, pour exploiter les gisements miniers, de fer principalement, multiplier les barrages, et les exploitations forestières. La zone représente les trois-quarts de la province. Ces projets stipuleraient la construction de 10 ports, 46 aérodromes,  1 190 km de voies ferrées et 51 000 km de routes. La création de 20 000 emplois par an sur 25 ans est prévue. Les communautés autochtones commencent à prendre position sur ces projets.

 

. Gaz de schiste en France : premier round parlementaire. L’Assemblée nationale a voté, le 11 mai, un texte de compromis qui interdit l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures liquides et gazeux par des forages suivis de fracturation hydraulique. Mais si les permis de recherche mentionnant cette technique de la fracturation sont interdits, ceux qui feront appel à d’autres techniques sont autorisés. Ce dernier point a provoqué l’opposition de vote du PS et des Verts. Le Sénat devait examiner le texte à partir du 1er juin.

 

. Nouvelles émissions de CO2 record en 2010. Les rejets de CO2 dans le monde se sont élevés à 30,6 milliards de tonnes en 2010, une progression de 5% par rapport à 2008. Selon l’Agence internationale de l’énergie, ils ne doivent pas dépasser 32 milliards de tonnes en 2020 pour que l’objectif d’une augmentation du réchauffement de 2°C puisse être tenu. Autant dire que cet objectif apparaît d’ores et déjà comme irréaliste. Une augmentation de 4°C, sauf changements drastiques, est fort probable.

. Sécheresse historique. En France et dans plusieurs autres pays du monde, la sécheresse affecte sérieusement l’économie. Le printemps 2011, en France, a connu des températures supérieures de 2,6°C à la moyenne 1971-2000, tout en étant le plus chaud depuis 1900 et le plus sec depuis les cinquante dernières années. Le déficit hydrique concerne particulièrement l’agriculture.

 

. Le réchauffement climatique réduit la production céréalière mondiale. Sur trente ans, de 1980 à 2008, selon une étude de scientifiques américains (revue Science, 6 mai), la production de maïs a chuté de 23 millions de tonnes, soit de 3,8%, et celle du blé, de 33 millions de tonnes, soit 5,5%. En cause, l’évolution des températures et des précipitations. Les cultures du soja et du riz, elles, n’auraient pas été véritablement affectées.

 

. Les « énergies vertes » ont un fort potentiel d’avenir. Le Giec (Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat) prévoit que les énergies renouvelables pourraient couvrir, en 2050, 80% de la demande mondiale d’énergie. Ce qui réduirait d’un tiers les émissions de gaz à effet de serre.

 

. La Suisse et l’Allemagne fermeront leurs centrales nucléaires. Pour la Suisse, il s’agit de 5 centrales, et leur arrêt est prévu en 2034. Pour l’Allemagne, 17 centrales, avec une fin d’activité en 2022. Les deux pays comptent miser sur le développement d’énergies alternatives (centrales au gaz, au charbon, énergies renouvelables, etc.) et sur l’augmentation des économies d’énergie, mais aussi l’importation accrue d’électricité. 39% de la production d’électricité suisse est d’origine nucléaire, et 23,3% de la production d’électricité allemande.

 

. Le téléphone portable probablement cancérogène. Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a estimé « possible », au terme d’une longue étude, le caractère cancérogène des champs électromagnétiques de radiofréquence, notamment ceux des téléphones portables. Lesquels ont été classés dans le groupe 2B du CIRC, où sont inclus aussi, en particulier, le plomb, le chlordecone et le bisphénol A. Les types de cancers attachés sont les gliomes (tumeurs cérébrales) et les neurinomes acoustiques.

. Les sols européens sont de plus en plus imperméabilisés. Chaque année, en Europe, les infrastructures humaines (villes, zones d’habitation ou d’activités) remplacent 1 000 km2 de sols naturels, dont plus de 500 km2 sont imperméabilisés par l’asphalte, le bitume ou le béton. Au total, 100 000 km2 sont ainsi couverts par ces matériaux, et ce chiffre augmente de 2% par an. La Commission européenne souligné la nécessité d’adopter une directive communautaire sur la protection des sols, mais ce projet se heurte à l’opposition de plusieurs pays, dont l’Allemagne et la Grande-Bretagne.

 

. Restaurer les écosystèmes, une tâche urgente pour l’ONU. Au cours d’une conférence internationale sur la réduction du risque de catastrophes naturelles, à Genève, en mai, l’accent a été mis sur la nécessité de maintenir et de restaurer les écosystèmes, considérés comme les meilleures protections devant ces catastrophes.

 

. Un projet de canal géant en Turquie. Il doit relier la mer Noire et la mer de Marmara, sur une longueur de 50 kilomètres, permettant de soulager le trafic passant actuellement par le détroit du Bosphore, par Istanbul. A ce canal seront adjointes des infrastructures importantes, aéroport, ville nouvelle, etc. Les écologistes s’inquiètent des effets attendus sur l’environnement, notamment le couvert forestier. Le chantier devrait être mené à terme d’ici une douzaine d’années.

 

. Création d’une aire protégée immense le long du Danube. En mars, la Hongrie, la Croatie, l’Autriche, la Serbie et la Slovénie ont créé une aire protégée du Danube, couvrant 800 000 ha. Elle abrite une biodiversité exceptionnelle (oiseaux tout particulièrement, dont de nombreuses espèces migratrices).

 

. Nouvelle éruption d’un volcan en Islande. Entre le 21 et le 25 mai, le volcan Grimsvötn, le plus gros et le plus actif des volcans islandais, a recommencé à émettre des cendres, mais sans commune mesure avec l’éruption de l’autre volcan islandais Eyjafjöll, en mars 2010. La désorganisation du trafic aérien, surtout pour les îles britanniques, a été limitée.

 

. L’Europe veut stopper les pertes de biodiversité. Tout en reconnaissant l’échec des

systèmes de protection actuels (Natura 2000, etc.), l’Europe se donne maintenant dix ans de plus pour arrêter les pertes de biodiversité et de services rendus par les écosystèmes. En 2020, les 27 devront, notamment, avoir restauré 15% des écosystèmes dégradés. Ces objectifs ne sont pas assortis de contraintes ou d’incitations pour les Etats, qui doivent  prendre les dispositions pour nécessaires pour les concrétiser.

 

. Les oiseaux menacés en France. Le Comité français pour l’UICN, en collaboration avec le Muséum national d’Histoire naturelle, la LPO, la SEOF et l’ONCFS, vient d’évaluer comme menacé le statut de 26% des espèces d’oiseaux nicheurs en France (73 espèces). De plus, 15 espèces migratrices ont été classées comme vulnérables ou en danger. En cause : l’intensification des pratiques agricoles, l’urbanisation, le drainage des zones humides ; les pollutions dues aux hydrocarbures et la réduction des ressources alimentaires liée au changements climatiques (pour les oiseaux marins) ; les tirs au fusil et l’empoisonnement par appâts toxiques (pour les rapaces).

 

. Mort des abeilles : l’explication définitive ? Selon une étude produite par des chercheurs de l’INRA d’Avignon, en France, c’est la combinaison d’un agent infectieux, l’imidaclopride (substance active de l’insecticide Gaucho), et d’un microparasite de l’intestin, Nosema cerenae, qui serait à l’origine des hécatombes de colonies d’abeilles constatées un peu partout.

 

. La peste bovine est éradiquée. L’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) a annoncé l’éradication de la peste bovine, une maladie létale qui a touché plusieurs dizaines de millions d’animaux et provoqué des famines de grande ampleur parmi les populations humaines, surtout en Afrique, depuis la fin du XIXe siècle. C’est la deuxième maladie à être vaincue, après la variole (en 1979).

 

. 108 milliards d’habitants ont vécu sur Terre. Selon le démographe américain Carl Haub. Depuis 50 000 ans av.J.-C. Et ce, en 2011. Seuls 6,4% étaient encore en vie à l’époque (soit 7 milliards de Terriens). Estimation obtenue en appliquant des taux bruts de natalité (nombre de naissances par an pour mille habitants) à chaque groupe de population répertorié.

 

Manifestations

. Océans, climat et nous. Un équilibre fragile ? Cité des sciences, Paris. Jusqu’en juin 2012.

 

Médias

. « Une nouvelle conscience pour un monde en crise » de Jeremy Rifkin. Editions Les liens qui libèrent.

 

. Dossier « Solaire » de la revue Science et Vie, juin 2011.

 

. « Trésor rouge » de Julien Pfyffer. éditions-dialogues.fr (sur le thon rouge).

 

. « Le climat à découvert » collectif, sous la co-direction de Catherine Jeandel et Rémy Mosseri. CNRS Editions.

 

. « Huîtres, moules & autres coquillages » de Christian Vidal. Editions Sang de la Terre.

 

. « La Décroissance, une idée pour demain » de Thimothée Duverger. Editions Sans de la Terre