La revue d’actualité de la SERE par Alain Zecchini

ESSAI-GIF
Evénements :

 

  • Les Etats-Unis déclarent vouloir se retirer de l’accord de Paris. Le président américain Trump a annoncé, le 1er juin, que son pays se retirerait de l’accord de Paris sur le climat. Une décision lourde de conséquences, que les Européens, et notamment la France, ont qualifié de gigantesque erreur. « Un brexit climatique » a même estimé la précédente ministre française de l’environnement Ségolène Royal. Une décision qui doit se traduire notamment par la cessation de la contribution américaine au Fonds vert, que les Etats riches abondent pour financer les aides au développement environnemental des pays pauvres. A ce jour, l’accord de Paris a été ratifié par 147 pays (manquent notamment la Turquie et la Russie). Entré en vigueur le 4 novembre 2016, cet accord peut être dénoncé trois ans après, soit à partir du 4 novembre 2019. Un délai auquel il faut ajouter un préavis d’un an après la notification du retrait du pays. En conséquence, le retrait américain ne devrait pas pouvoir être effectif avant la fin 2020, c’est-à-dire après la prochaine élection présidentielle américaine. Dans l’intervalle, sans nul doute, l’administration actuelle devrait sévèrement limiter ses initiatives et ses contributions, pour que les Etats-Unis s’impliquent bien moins dans la lutte contre le réchauffement climatique.
  • La taxe sur les transactions financières resurgit. A la suite de  l’annonce américaine de futur retrait de l’accord de Paris, le Président français Emmanuel Macron s’est déclaré prêt à soutenir la mise en œuvre de la taxe européenne sur les transactions financières (après s’en être montré hostile avant son élection). Le projet de cette taxe a été lancé au début des années 2000 … et largement mis en sommeil jusque-là. Certes, elle existe depuis 2012 au niveau français (et rapporte 900 millions d’euros par an). Mais au niveau européen, c’est autre chose pour convaincre tous les partenaires : car elle implique de taxer les entreprises qui sont responsables de dérèglements du secteur financier, afin de subventionner des secteurs d’intérêt général, notamment en matière de lutte contre le réchauffement climatique.  Cette taxe européenne concernerait les 10 pays qui s’engagent le plus dans cette direction. Les ministres des finances de ces 10 pays devaient se retrouver le 11 juillet, en particulier pour étudier la faisabilité de la taxe.
  • Un pacte mondial pour l’environnement. Amplification et renforcement de la Déclaration universelle des droits de l’humanité (DDHU), initiée par l’ex-ministre de l’environnement française Corinne Lepage en 2015, ce pacte a été lancé à Paris, fin juin, par un panel de juristes et d’experts internationaux. Il prend acte de la lourdeur du processus de décision, entre 195 pays, en matière d’environnement, et de l’absence des mécanismes de contrôle et de sanctions. Il reprend les grands principes devant réguler l’environnement dans le monde, mais leur donne une suite effective avec l’adoption d’un texte international, devant être signé et ratifié par les Etats. Il devra donc être contraignant. Autant dire que sa mise en œuvre apparaît comme tout sauf facile.
  • Makeourplanetgreatagain.fr, une plate-forme numérique contre le réchauffement climatique. Elle a été lancée pour traduire en actes ces mots du Président Macron, dans un discours suivant la décision américaine sur l’accord de Paris. Elle entend inviter tous les acteurs impliqués, au niveau mondial, dans cette lutte contre le réchauffement, à rejoindre la France. Elle dispose d’un budget de 60 millions d’euros pour financer des aides et des projets.
  • 9,8 milliards d’habitants sur Terre en 2050. Selon l’ONU. La planète en compte actuellement 7,6 milliards. Et en 2100, elle devrait en recenser 11,2 milliards.
  • Enorme incendie au Portugal. Fin juin, un incendie de très grande ampleur a frappé le centre du pays, dévastant des milliers d’hectares, faisant 64 morts et 160 blessés. Certains graves dysfonctionnements au sein de la chaîne des secours ont été relevés, alourdissant le bilan.
  • Il pleut en Antarctique. Il a plu, en tout cas, et c’est une première, considérée comme très inquiétante par les scientifiques. Ce phénomène s’explique par le réchauffement des températures marines et atmosphériques dans l’ouest de ce continent. En cause, le courant marin El Niño, vecteur de ce réchauffement.
  • Le projet de méga-mine de charbon en Australie a le feu vert. Combattu sans relâche par les défenseurs de l’environnement, ce projet a finalement été autorisé, début juin. Il représente un investissement de près de 15 milliards d’euros d’une entreprise indienne, Adani. Les travaux devraient commencer en septembre prochain. Cette mine de charbon sera située à Carmichael, dans l’Etat du Queensland, à proximité de la Grande barrière de corail, laquelle est extrêmement fragilisée, et mettra en péril l’écosystème. Elle sera la plus importante d’Australie, un pays qui est déjà le premier exportateur mondial de charbon.
  • Deux loups en plus à tirer. Le quota d’abattage de loups, initialement fixé à 38 individus pour la saison se terminant au 30 juin, a été relevé à 40 loups par le nouveau ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot. Il y aurait 357 loups en France actuellement, selon l’ONCFS (Office national de la chasse et de la faune sauvage).
  • . Massacres de chiens et de chats en Chine. Ce n’est pas nouveau. Tous les ans, fin juin, depuis toujours ou presque, se tient le festival de Yulin (province du Guangxi), au cours duquel sont tués et consommés plus de 10 000 chiens et chats. Ce festival est reproduit dans le pays en de nombreuses localités. On estime qu’au total, 10 millions de ces animaux (majoritairement des chiens) sont sacrifiés de cette manière.

 

 

Médias :

 

. « Le Jardinier en 100 citations, de Xénophon à Gilles Clément » édité par Yves-Marie Allain. Editions Petit Génie.

. « Ces animaux qui font l’Histoire » de Jean-Philippe Noël. Editions Delachaux et Niestlé.

. « Biographies animales » de Eric Baratay. Editions du Seuil.

. « Découvrir et protéger nos abeilles sauvages » de Nicolas Vereecken. Editions Glénat.

. « Comme des bêtes. Histoire politique de l’animal en révolution » de Pierre Serna. Editions Fayard.

Pour partager cette information