Evénements

. « Notation écologique » des candidats à l’élection présidentielle française. L’Alliance pour la planète, collectif regroupant 71 associations de protection de l’environnement françaises, a noté les positions des candidats dans le domaine de l’écologie. En fonction de leurs réponses à 24 propositions, dont des moratoires sur le réacteur nucléaire EPR et la culture des OGM en milieu ouvert, une écotaxe sur les biens et services, une interdiction des substances chimiques dangereuses. Ont obtenu : Dominique Voynet et Corinne Lepage, 16,5/20 ; Ségolène Royal, 13/20 ; Marie-George Buffet et François Bayrou, 9/20 ; Nicolas Sarkozy, 8,5/20 ; Olivier Besancenot, 8/20 ; Philippe de Villiers, 7/20 ; Jean-Marie Le Pen et Arlette Laguiller, 5 :20.

 

. Richard Branson crée un prix de 25 millions $ pour combattre le réchauffement climatique. Le milliardaire anglais s’est associé à l’ancien vice-président américain Al Gore pour instituer ce prix, le « Virgin Earth Challenge », qui sera ouvert pour cinq ans. Il sera décerné à tout individu ou groupe ayant développé une technologie éliminant les gaz à effet de serre à un rythme d’au moins 1 milliard de tonnes par an sur une période de cinq ans.

 

. 200 des 450 barrages d’EDF présenteraient des risques importants. Selon un rapport EDF datant d’août 2006, rendu public le 22 février par le magazine Capital. L’entretien de ces barrages n’est pas suffisamment assuré et certains menaceraient de craquer, avec les inondations correspondantes. EDF assure que 500 millions € seront investis sur 2007-2011 pour renforcer la sécurité de ses barrages.

 

. Un volcan de boue de grande ampleur se déverse en Indonésie. Près de la ville côtière de Sidoarjo, à 700 kilomètres à l’est de Djakarta, depuis le 29 mai 2006, à raison de 150 000 m3 par jour. Il a déjà détruit quatre villages et déplacé 24 000 personnes. La cause présumée : un forage de gaz qui aurait pénétré dans une formation perméable et sous pression de calcaire, à 2 800 mètres de profondeur, et provoqué la remontée de sédiments à la surface. Toutes les tentatives pour combler le cratère ont jusqu’à présent échoué. Il existe un risque supplémentaire de voir le sol s’effondrer, avec la formation de cavernes en raison de l’érosion souterraine.

 

. Création du parc national de La Réunion. Par décret du 5 mars 2007. Le « cœur » doit représenter 42% de l’île et l’ « aire d’adhésion » la presque totalité des communes. la réglementation sur la pêche et la chasse autorise notamment les résidents permanents et les opérateurs permanents ou saisonniers du cœur du parc à  commercialiser des produits agricoles, forestiers ou alimentaires dans ce cœur. Sur les 88 membres du conseil d’administration, seulement 4 représentants d’associations de protection de l’environnement et une personnalité compétente en sciences de la nature.

 

. Création du parc amazonien de Guyane. Par décret du 27 février 2007. Quinze années après le lancement du projet. Il couvre 3,4 millions ha, avec un « cœur » de 2 millions ha. Les communautés traditionnelles et les résidents sont exemptés des interdictions de pêche, de chasse, de culture, de prélèvement de végétaux, dans ce « cœur » et peuvent commercialiser, même avec des restrictions, leurs produits. Le problème du contrôle de l’orpaillage illégal ne semble pas avoir été suffisamment pris en compte dans la définition de cette aire préservée.

 

. Le tiers de Bornéo sous protection. Le 12 février, Brunei, l’Indonésie et la Malaisie se sont engagés à assurer la protection et la gestion durable du tiers de Bornéo, soit un espace de

220 000 km2 (le tiers de l’île). le premier résultat de cet accord est d’annuler le projet chinois de créer la plus grande plantation de palmiers à huile de Bornéo, dans la partie indonésienne, à Kalimatan, qui devait couvrir 1,8 million ha. Depuis 1996, la déforestation, en Indonésie, représente 2 millions ha/an. la moitié des forêts de Bornéo ont déjà disparu.

 

. Batailles annoncées pour la prochaine CITES. Elle se tiendra à La Haye (Pays-Bas), du 3 au 15 juin prochain.

Parmi les propositions d’amendement des annexes :

– Un  tiers concernent des poissons. Notamment le classement en annexe II de deux requins, le requin-taupe et le chien de mer épineux (base des fish and chips en Grande-Bretagne) ;

– Plusieurs ont trait à l’éléphant d’Afrique. Botswana : commerce autorisé annuel de 8 tonnes d’ivoire, vente d’un stock gouvernemental de 40 tonnes. Botswana et Namibie : maintien en annexe II des éléphants du Botswana, de Namibie, d’Afrique du Sud et du Zimbabwe. Kenya et Mali : moratoire de 20 ans sur les ventes d’ivoire, à l’exception des cas déjà autorisés par la CITES. Tanzanie : transfert de ses populations d’éléphants en annexe II pour la vente d’ivoire, principalement ;

– Ouganda : transfert de ses léopards en annexe II avec un quota annuel d’exportation de 50 animaux ;

– Brésil : transfert de ses caïmans noirs en annexe II ;

– 17 propositions couvrant des plantes.

Parmi les documents de travail donnant lieu à débat :

– L’examen des conditions régissant l’exportation des quotas d’ivoire accordés au Botswana, à la Namibie et à l’Afrique du Sud, lors de la CITES 2002 (la CITES n’a pas donné son feu vert jusqu’à présent pour ces ventes) ;

– Le contrôle du commerce international illégal , et le contrôle des marchés intérieurs, concernant l’ivoire (présenté par le Kenya et le Mali) ;

– L’examen des quotas de rhinocéros noirs accordés lors de la CITES 2002 à la Namibie et à l’Afrique du Sud (présenté par le Kenya).

 

. Recrudescence du commerce illégal d’ivoire d’éléphant. 6,5 tonnes saisies à Singapour (et provenant de Namibie, représentant 3 000 à 6 500 éléphants) en 2002 ; 2,8 tonnes saisies au Japon en août 2006. La demande pour l’ivoire (tirée principalement par le Japon et surtout par la Chine) se traduit par une flambée des prix, 750 $ le kilo actuellement.

 

 

 

Publications

 

. « Les guerres de l’ivoire au parc national de Zakouma », Michael Fay, National Geographic France, mars 2007.