Revue d’Actualité – Mardis de l’Environnement mars 2014

Evénements

  • La loi sur la transition énergétique en France fait débat. Promise par le Président de la République François Hollande, ce projet continue de susciter nombre de controverses, qui reflètent à la fois des divergences entre le Parti Socialiste et ses alliés Europe Ecologie – Les Verts et aussi bien, entre le gouvernement et le monde industriel hostile à cette nouvelle réglementation. Plus de huit mois après le débat national consacré au sujet, le calendrier est au point mort. Fin mars, 9 ONG ont présenté leur propre projet sur la transition énergétique, visant à la consommation totale d’énergies renouvelables en 2050 et à la division par quatre des émissions de gaz à effet de serre à cette date. Les points majeurs des oppositions concernent le gaz de schiste, le nucléaire, et l’efficacité énergétique.
  • La prolongation des centrales nucléaires en France, un autre sujet de controverses. Entre 2017 et 2027, 80% du parc nucléaire français aura 40 ans, et la question se pose de sa prolongation éventuelle. Ce que souhaite EDF, qui chiffre à 1 milliard d’euros par réacteur les dépenses de rajeunissement. Un rapport publié par Greenpeace fin mars estime que ce coût unitaire pourrait grimper jusqu’à 4 milliard d’euros, et ce, sans garantie d’assurer une vraie sûreté des centrales.
  • Sur la lune, les terres rares. C’est une autre course aux énergies qui se joue actuellement, et de grande ampleur. Pour riposter à la mainmise chinoise du marché terrestre des terres rares (lanthanides), les industriels américains commencent à former des projets d’envergure pour exploiter ces ressources sur la lune. Des missions lunaires à l’horizon 2030 sont étudiées par la NASA, elles seraient financées par de grandes compagnies minières des Etats-Unis.
  • La déforestation scrutée du ciel. Le World Resources Institute américain, avec des partenaires comme Google, a lancé une initiative d’observation par satellite de la déforestation terrestre. Actuellement, 13 millions d’hectares sont perdus tous les ans, du fait principalement de la conversion des forêts tropicales en terres cultivées – ce chiffre est réduit à 5,2 millions d’hectares, en raison du reboisement. Mais le reboisement ne fait pas renaître les forêts primaires, qui ne représentent plus que 15% de leur territoire d’origine.
  • Le riz doré, panacée ou cheval de Troie OGM ? Présenté par ses partisans comme « l’aliment miracle » qui permettrait d’assurer aux consommateurs une fourniture suffisante en bêtacarotène, permettant ainsi de lutter efficacement contre la cécité, notamment infantile (la teneur en vitamine A de ce riz est grandement accrue), le riz doré est un OGM dit « de deuxième génération. » Il cristallise les oppositions tant en France qu’en Europe. La Confédération paysanne, en France, s’est déclarée hostile à cet aliment génétiquement modifié.
  • Aux Antilles françaises, la menace des pesticides. L’Eceri, un laboratoire créé par le cancérologue Dominique Belpomme, a rendu public un rapport établissant que trois des cinq pesticides utilisées dans les bananeraies en Guadeloupe et à la Martinique seraient toxiques pour la santé. Il s’agit du propiconazole, du difénoconazole, et du Gardian. Ces produits sont répandus par épandage depuis des hélicoptères, une pratique interdite par l’Union européenne depuis 2011, mais autorisée par dérogation exceptionnelle aux Antilles. Les producteurs de bananes font valoir que leur fruit est la ressource principale de l’agriculture dans ces deux îles.
  • Jugement raisonné pour un viticulteur bio hostile aux pesticides. En Côte- d’Or (Bourgogne), un arrêté préfectoral avait été pris imposant aux viticulteurs l’usage de pesticides, pour lutter contre une maladie grave de la vigne, la flavescence dorée. Le viticulteur avait prouvé que ses vignes n’avaient pas été touchées. Il n’a reçu, fin février dernier, qu’une peine légère du tribunal, 1 000 euros d’amende dont la moitié avec sursis, ayant notamment bénéficié d’une très importante campagne médiatique en sa faveur, de la part d’organisations, et sur internet (plus de 500 000 signatures).
  • Une nouvelle espèce de dauphin. D’eau douce, elle est endémique de la rivière Araguaia au Brésil et se différencie de deux autres du bassin amazonien par le nombre de dents. Elle a été baptisée Inia araguaiaensis. Elle est considérée comme vulnérable.
  • Réintroduction d’ours en France : un rapport du Muséum. Dans un rapport publié début février, le Muséum national d’Histoire naturelle préconise de lâcher à court terme dans le massif des Pyrénées six femelles d’ours. Il y aurait actuellement 22 ours dans les Pyrénées françaises et espagnoles. Dans cette affaire aussi, les oppositions sont fortes entre défenseurs de l’animal et farouches détracteurs, et elles se sont à nouveau exprimées avec force à l’occasion de cette annonce.
  • Les requins et les raies de France métropolitaine menacés. Le Comité français de l’UICN et le Muséum national d’Histoire naturelle ont fait un constat de la situation des requins et des raies de France métropolitaine. Il établit qu’au moins 11 espèces de ces poissons sont menacées, essentiellement par la pêche, qui s’est largement intensifiée à leur détriment depuis les années 1980, en raison de la raréfaction des ressources en espèces « conventionnelles. »
  • Réouverture du Parc zoologique de Paris. Le 12 avril 2014. Après sa fermeture en 2008 pour une refonte totale. Bois de Vincennes, porte Dorée/avenue Daumesnil.

 

Médias

  • « Compte à rebours » de Alan Weisman. Sur le problème de l’accroissement de la démographie humaine dans le monde. Editions Flammarion.
  • « Moins nombreux, plus heureux » dirigé par Michel Sourrouille. Même thématique que le livre précédent. Editions Sang de la Terre.
  • « Comment la Terre s’est tue – Pour une écologie des sens » de David Abram. Les Empêcheurs de penser en rond/La découverte.
  • « Armes chimiques sous la mer », documentaire de Nicolas Koutsikas, Eric Nadler et Bob Coen.
  • « Terre des Ours », film de Guillaume Vincent.

 

Manifestations

  • Colloque « Nourriture et population : le grand défi ». Vendredi 14 mars 2014, 15h-19h. Maison du Barreau, Paris. www. fondationecologiedavenir.org

 

Le fait du mois

  • C’est une première, en termes de défense des animaux domestiques victimes de cruauté. Un jeune de Marseille a été condamné à un an de prison ferme, début février, pour avoir projeté un chaton violemment contre un mur, lui occasionnant plusieurs fractures. Une dizaine d’associations s’étaient constituées parties civiles.
Pour partager cette information