Revue d’Actualité  de la SERE – Mars 2017 – Alain Zecchini

 

Evénements

 . Le président Trump relance le projet Keystone d’oléoduc. Hautement controversé (notamment pour ses impacts importants sur l’environnement), et bloqué par l’administration Obama, le projet d’oléoduc Keystone vient d’être réactivé par le président américain Trump. Cet oléoduc doit acheminer le pétrole des sables bitumineux du Canada, depuis l’Alberta, jusqu’à l’Etat américain du Nebraska, pour être ensuite traité par les raffineries du golfe du Mexique. Soit un parcours de 1 900 km, dont 1 400 km sur le sol américain. Ce projet est estimé à 15 milliards de dollars. Les associations de défense de l’environnement, aux Etats-Unis, comptent empêcher cette mise en service, avant que les travaux ne commencent.

. Le Roundup reconnu toxique depuis au moins 18 ans. Le produit phytosanitaire-phare de la firme Monsanto, le Roundup, était connu pour être dangereux depuis au moins 1999 – et par cette firme elle-même. La justice fédérale américains a déclassifié, le 16 mars, plus de 250 pages de correspondance interne de Monsanto, à l’occasion d’une action collective devant une cour fédérale de Californie, intentée par plusieurs centaines de travailleurs agricoles atteints d’un cancer du sang suspecté d’avoir été causé par leur exposition au Roundup. Dans ces documents, la firme s’inquiétait du potentiel mutagène du glyphosate, le principe actif du Roundup. Cette information intervient au lendemain même d’un avis de l’Agence européenne des produits chimiques (Echa), estimant que le glyphosate ne serait ni cancérogène, ni mutagène … Et aussi deux jours après que l’Etat de Californie ait décidé d’imposer une mention « cancérogène » sur les bidons de Roundup. En confirmation d’un avis rendu en mars 2015 par le Centre international de recherche sur le cancer (une agence des Nations unies), suivant lequel le glyphosate est mutagène, cancérogène pour l’animal et cancérogène probable pour l’homme.

. Un gigantesque projet industriel chinois au Maroc. Un accord a été signé entre le Maroc et la Chine, pour la construction d’une ville industrielle de 300 000 habitants, à terme, près de Tanger, sur 2 000 hectares. Elle devrait réunir plusieurs activités, l’aéronautique, les télécommunications, l’industrie automobile, les industries textiles et les énergies renouvelables. Avec notamment 200 entreprises chinoises. La région concernée est occupée à 42% par les terres agricoles et à 33% par les forêts. Les ressources en eau sont déjà préoccupantes, et la pollution (du milieu industriel), massive. La Chine compte faire de cette ville nouvelle un point d’appui pour étendre son influence, déjà très grande, sur les pays africains.

. Le président russe réaffirme sa volonté de présence active de son pays en Arctique. Le 30 mars, en marge d’un forum international, le président Poutine a souligné que la Russie devra être bien plus impliquée dans le développement de la zone arctique. Pour lui, cette zone recèle des gisements énormes en hydrocarbures, lesquels seront plus faciles à exploiter du fait de la fonte des glaces. Il a aussi relativisé les impacts humains sur le réchauffement, estimant qu’il était « impossible » à contrer, et que la seule question était « de s’y adapter. » La Russie prend de plus en plus position pour s’assurer d’une influence majeure en Arctique ; elle conforte cette politique en restructurant et en développant ses bases militaires.

. 1,5 millions de m3 de déchets radioactifs en France. A la fin 2015, dernière statistique connue. Soit 904 851 m3 de faible ou moyenne radioactivité, à vie courte ; 463 775 m3 à très faible radioactivité ; 87 214 m3 de faible radioactivité, à vie longue ; 46 256 m3 de moyenne radioactivité, à vie longue ; et 3 518 m3 de haute radioactivité. Tous ces déchets sont stockés soit en surface, soit chez leurs producteurs (les centrales nucléaires, essentiellement). En attendant des stockages en profondeur, qui font l’objet de controverses importantes.

. Les eaux usées, à exploiter ? A l’occasion de la journée mondiale de l’eau, l’Unesco et ONU-eau ont lancé un appel pour développer l’industrie des eaux usées, lesquelles sont très largement négligées par tous les pays. On estime qu’elles sont rejetées, à 80%, directement dans l’environnement – à 92% pour les pays les plus pauvres, et à 30% pour les plus riches.

Et ce, dans une situation mondiale où les pénuries en eau potable sont répandues. Et la surconsommation d’eau fréquente également : « 500 millions de Terriens vivent dans une région où la consommation d’eau est deux fois supérieure aux ressources renouvelables » estime le coordonnateur du rapport de l’Unesco et d’ONU-eau.

. Guerre de l’eau au Kenya. La sécheresse très grande, et la famine qui en découle, ravivent les tensions entre les agriculteurs, majoritaires, et les pasteurs, dans la vallée du Rift. Les affrontements armés se multiplient entre les deux communautés. Il n’a pas plu depuis plusieurs mois et dans certaines zones, depuis plus d’un an. En cause, les effets du réchauffement climatique et du phénomène La Niña. La quasi-totalité des points d’eau sont à sec. Le gouvernement kenyan semble incapable de faire face à la situation.

 

.  Les proposition des candidats à la présidentielle française concernant les animaux.

– Jean-Luc Mélenchon : éradication de toute maltraitance envers les animaux, abandon du statut animal de « chose », refus de breveter le vivant, sanctuarisation du foncier agricole et naturel.

– Benoît Hamon : fin des élevages industriels, création d’un comité national d’éthique des abattoirs, création d’un conservatoire des terres agricoles, plan contre la maltraitance des animaux.

– Marine Le Pen : faire de la protection animale une priorité nationale, refus du modèle des fermes-usines, reconnaissance du rôle « écologique » des chasseurs.

– François Fillon : faire de la protection de la biodiversité une priorité absolue, et de la protection animale une cause nationale, préservation de la biodiversité ordinaire, des océans et des zones humides, implication des chasseurs dans la « police de l’environnement ».

– Emmanuel Macron : plan de transition agricole, protection des animaux sauvages, collaboration avec la FNSEA et les chasseurs.

. Un rhinocéros abattu à Thoiry, une première dans un parc zoologique français. Dans la nuit du 6 au 7 mars, un rhinocéros blanc du parc zoologique de Thoiry (Yvelines) a été tué par des braconniers de trois balles dans le crâne.  Sa corne nasale, la plus grande, a été arrachée, la corne frontale seulement entamée. C’est la première fois qu’un rhinocéros est victime du braconnage en France. Les auteurs de ce méfait n’ont pas à ce jour été retrouvés. Il est plus que probable que la corne a déjà été réceptionnée dans un pays d’Asie, une région où la consommation de corne est active – et illégale. Le prix du kilo de corne au marché noir varie entre 40 000 et 60 000 euros, soit bien au-dessus du prix de l’or et même du platine. Il existe 250 rhinocéros dans les parcs animaliers européens, et 50 en France.

. Une percée dans la reconnaissance juridique des animaux et de la nature. Ce sont, là aussi, des premières, mais positives. Le fleuve néo-zélandais Whanganui s’est vu accorder le statut d’entité vivante, ayant les mêmes droits que les humains, sur décision du Parlement. Par ailleurs, la cour suprême de l’Etat de l’Uttarakhand, en Inde, a aussi accordé des droits humains au Gange et à un de ses affluents, la Yamuna. Autre première juridique mondiale, un chimpanzé femelle du zoo de Mendoza (Argentine) a été transféré dans une réserve naturelle, par un tribunal, qui a rendu une ordonnance d’Habeas corpus, jusque-là réservée aux humains, stipulant que nul ne peut être emprisonné sans jugement.

 

Les professions

 . Goodplanet au bois de Boulogne. La fondation de Yann Arthus-Bertrand, qui a acquis le domaine de Longchamp, dans le bois de Boulogne en périphérie de Paris, entend faire de ce lieu un centre d’expositions, de conférences, d’accueil pour des ONG. Il devrait ouvrir en mai prochain.

 

Médias

 . Fin de partie pour Terra eco. Le magazine écologique cesse ses activités. Il n’a pas réussi à réunir les fonds nécessaires pour une relance. Il avait été placé en redressement judiciaire en juillet 2015. De l’avis même de ses animateurs, sa formule a pâti de la concurrence d’autres médias spécialisés, comme lui, dans l’environnement.

. « Un nouveau droit pour la Terre. Pour en finir avec l’écocide » de Valérie Cabanes. Editions du Seuil.

. « Les bêtes qui volent … avec ou sans plumes » de David Melbeck. Editions Salamandre découvertes.

. « Les petites bêtes qui font peur … mais pas trop » de François Lasserre. Editions Salamandre découvertes.

. « Musée vivant des insectes » de François Lasserre. Editions De La Martinière jeunesse.

. « La minute nature. Ca se passe près de chez vous » de Julien Perrot. Editions Salamandre.

. « Fleurs et arbres en bord de chemin » de Marc Giraud. Editions Delachaux et Niestlé.

. (même déjà paru, le 1er mars) « Pôle nord, le frigo est détraqué » numéro de l’hebdomadaire Le Un.

 

 

Pour partager cette information