Evénements

. Accord à Nagoya. Les 193 pays signataires de la Convention sur la diversité biologique ont réussi à adopter à Nagoya (Japon), le 29 octobre, un protocole pour mieux protéger la biodiversité. Ce protocole s’articule en trois points principaux :
-Un plan stratégique destiné à freiner le rythme de disparition des espèces d’ici à 2020. Il comporte 20 objectifs, parmi lesquels l’extension de 13,5% (actuellement) à 17% de la surface terrestre en aires protégées, et de moins de 1% à 10% des surfaces marines ; la restauration de 15% des écosystèmes dégradés ; la réduction du rythme d’appauvrissement des habitats naturels ; la gestion durable de tous les stocks de poissons ; la suppression des subventions néfastes pour l’environnement.
-Un effort financier, mais qui reste soumis au volontariat.
-Un accord pour application, dès 2012, du système ABA (Accès et partage des avantages tirés de l’exploitation des ressources génétiques – animaux, plantes et micro-organismes).
Cet accord global représente une réelle avancée. Reste qu’il a aussi des faiblesses, qui devront être surmontées pour qu’il donne sa vraie mesure : il ne s’applique pas aux Etats-Unis, non signataires de la Convention sur la diversité biologique ; il n’a pas de cadre contraignant. Le deuxième acte de l’accord se déroulera en Inde en 2012, avec notamment la discussion autour des ressources financières nécessaires.

. Le prix de la dégradation des écosystèmes. L’économiste indien Pavan Sukhdev a présenté à Nagoya, le 20 octobre, son rapport chiffrant les dommages infligés aux écosystèmes de la planète. Ils représentent annuellement entre 1 350 et 3 100 milliards €. La réduction des émissions de CO2 obtenues en divisant par deux le rythme de la déforestation d’ici à 2030 permettrait de diminuer de 2 600 milliards € ce coût financier. A titre d’exemple pour ce chiffrage, la disparition des récifs coralliens et des services qu’ils rendent (hors tourisme) est estimée à 120 milliards € par an.
Par ailleurs, le Programme mondial pour les espèces invasives chiffre à 1 000 milliards € par an les dommages dus aux espèces invasives (5% du PIB mondial).
De plus, selon l’ONU, 30 millions ha (soit la superficie de l’Italie) sont perdus tous les ans en raison de la dégradation de l’environnement, de l’industrialisation et de l’urbanisation.

. La conservation commence à porter ses fruits. Selon la revue Science (27 octobre), en référence à la Liste rouge de l’UICN, 64 espèces menacées sont dans un meilleur état de conservation, grâce aux mesures de protection.

. Les bons et les mauvais élèves de l’émission de CO2. De 1990 à 2008, la Chine a augmenté ses rejets de CO2 de 174,8% ; les USA, de 16,9% ; l’Inde, de 143,3%. La Russie a baissé les siens de 28,9% ; l’Allemagne, de 17,4% ; l’Europe des 27, de 5,7%. Selon l’Agence internationale de l’énergie.

. L’Académie des sciences admet le réchauffement climatique. Sortant d’une certaine ambiguïté, l’Académie des sciences françaises a reconnu, lors d’une réunion, le 20 septembre (provoquée dans le contexte de la polémique opposant 600 chercheurs au géophysicien Claude Allègre, qui nie le réchauffement), la véracité du réchauffement climatique, lequel est principalement dû à l’augmentation du CO2 dans l’atmosphère.

. Catastrophe écologique en Hongrie. La rupture d’un réservoir d’une usine d’aluminium, à 165 km de Budapest, le 4 octobre, s’est traduite par le déversement d’au moins 1 million m3 de boues rouges toxiques dans l’environnement. Le Danube a été touché. Tout l’écosystème local est détruit, sur 40 km2. Les effets de cette pollution devraient durer plusieurs dizaines d’années.

. La création en France d’une Agence de la nature fait débat. Le regroupement projeté par le secrétariat d’Etat à l’écologie des établissements publics chargés de la protection de la biodiversité en une Agence de la nature , à peine annoncé, soulève l’opposition de la plupart des grands organismes concernés (Conservatoire du littoral, Agence des aires marines protégées, Parcs nationaux de France). Le manque d’efficacité de la politique actuelle, avec l’éclatement des moyens entre plusieurs dizaines d’organismes, est avancé par Chantal Jouanno, la secrétaire d’Etat.

. Le TGV dans le PNR du Gâtinais ? Réseau Ferré de France (RFF) a lancé l’étude d’une ligne de TGV reliant Paris à Clermont-Ferrand, et traversant le Parc naturel régional du Gâtinais. De quatre schémas au départ, le projet est réduit à deux. Les élus des communes du PNR ont pris position contre cet aménagement, en rappelant que le parc, qui contient plusieurs zones Natura 2000, est aussi classé réserve mondiale de biosphère de l’Unesco. Le débat public pourrait se tenir à l’automne 2011, avec une mise en service prévue par RFF en 2025.

. Le Japon continue à chasser la baleine. Début novembre, le Japon a commencé sa campagne de chasse à la baleine en Antarctique, avec un quota de 1 000 individus. Depuis 1986, date d’entrée en vigueur du moratoire sur la chasse commerciale, ce pays a ramené dans ses ports 13 210 grands cétacés, dont près de 10 000 provenant de l’Antarctique. Le continent est une zone protégée (en principe) de toute exploitation commerciale depuis 1994.

Les professionnels

. Démission de la directrice de l’Agence internationale des énergies renouvelables. Hélène Pelosse a été contrainte de démissionner, le 19 octobre, de son poste à l’Irena, sous la pression des Emirats arabes unis, lesquels veulent contrôler cette agence, qu’ils abritent. Hélène Pelosse a souligné que plusieurs pays, dont les USA, le Japon, l’Australie et le Royaume-Uni, sont hostiles à cette institution. Elle a estimé aussi que la prise en compte de l’expertise reconnue de l’Allemagne en matière d’énergies renouvelables serait nécessaire (un centre d’innovation et de technologies sera ouvert à Bonn, en Allemagne, prochainement).

. Patricia Ricard au Conseil économique, social et environnemental (Cese). Elle a été nommée en octobre parmi des personnalités choisies par le Premier ministre.

 

Publications

. « Le Guide du locavore, pour mieux consommer local » d’Anne-Sophie Novel. Editions Eyrolles.

. « Les mammifères sauvages du Poitou-Charentes » de Poitou-Charentes Nature. A paraître en janvier 2011. Souscription : pc.nature@laposte.net

. « Atlas des forêts dans le monde » de Joël Boulier et Laurent Simon. Editions Autrement.

. « 5ème atlas des sites terrestres et des eaux adjacentes pollués par les PCB » de Robin des Bois . Disponible sur le site www.robindesbois.org

Pour partager cette information