Revue d’Actualité d’Alain Zecchini – Août 2012

 

 

Evénements

 

. Pour la planète, alerte rouge. En août, la revue scientifique « Nature » a publié une étude pluridisciplinaire et internationale sur l’état de la planète, avec des projections alarmantes. Qui confirment le diagnostic porté depuis longtemps déjà sur la dégradation des équilibres naturels, des écosystèmes et des espèces. Pour les chercheurs, la biosphère est à la veille d’un changement brutal des conditions de vie sur Terre, les écosystèmes et les climats risquant d’être affectés en profondeur. Si les « effets de seuil » par définition, représentent des points critiques difficiles à prévoir, les « effets de masse », dus aux actions de l’homme (destructions, détériorations, modifications importantes de composantes d’un écosystème, lesquelles s’ajoutent les unes aux autres pour entraîner des fractures à grande échelle), eux, sont attendus. La cause principale de cette évolution serait, selon les chercheurs, avant les changements climatiques, l’occupation de plus en plus importante des terres de la planète par les humains, et la pression correspondante : laquelle, si elle pouvait être réduite jusqu’au XVIIIe siècle, entraînait une modification d’environ 10% des écosystèmes en 1900, 13% en 1950, 43% en 2011, et les projections donnent 50% en 2025 (avec 8,20 milliards d’habitants) et 55% en 2045 (avec 9 milliards d’habitants). En résumé, cette étude montre que la pression démographique actuelle, le surdéveloppement, et la surconsommation, sont bien les causes qui devraient amener des modifications drastiques du  panorama de la vie sur Terre. Et ce, peut-être au cours de ce siècle, avant 2050.

 

. Un outil pour l’état de santé des océans. Des chercheurs nord-américains, en août, ont dressé un tableau déterminant l’état de santé des mers du globe, dans les zones de bandes côtières (jusqu’à 200 milles des eaux territoriales), avec une batterie de critères négatifs (surpêche, pression démographique, pollutions, etc.) et une autre batterie, celle des domaines concernés (pêche artisanale, qualité de l’eau, ressources, tourisme, protection du littoral, etc.). Ce sont les pays d’Europe du Nord, Canada, Japon, et Australie, qui obtiennent les meilleurs scores, dont les eaux sont le moins « malades », ceux de l’Afrique de l’Ouest, d’Amérique centrale et du Moyen-Orient obtenant les moins bons.

 

. Le pétrole arctique sur la voie de l’exploitation. L’envolée des prix du pétrole explique la pression de plus en plus grande sur les réserves de pétrole du continent arctique. La société Shell vient d’obtenir l’autorisation d’y forer cinq puits d’exploration, au nord de l’Alaska. L’Arctique pourrait détenir 22% des réserves de pétrole non encore exploitées. La même société Shell, début juillet, a reçu l’aval réglementaire pour forer un puits d’exploration au large de la Guyane, et doit lancer une campagne de prospection sismique dans la zone.

 

. Les matières premières agricoles soumises à la spéculation. La sécheresse régnant aux Etats-Unis en et Europe engendre des hausses brutales du cours de la plupart des céréales et des oléagineux, mais le phénomène essentiel est la part de la spéculation boursière dans ces hausses. Les marchés agricoles, dont les opérateurs principaux étaient des producteurs ou des consommateurs jusqu’aux années 2004-2005, sont désormais soumis à une financiarisation en raison des interventions des spéculateurs, qui jouent sur les cours des principales matières premières agricoles comme ils le font sur ceux d’autres actifs boursiers.

 

. La pêche en eaux profondes continue à être défendue par la France. Très destructrice pour les écosystèmes marins, ce type de pêche avait été l’objet d’une proposition d’interdiction de la commissaire européenne aux affaires maritimes et à la pêche, Maria Damanaki. Mais le 11 juillet, elle a été bloquée par le commissaire européen au marché intérieur et aux services, Michel Barnier (ancien ministre français de l’agriculture et de la pêche). Le ministre français actuel chargé de la pêche s’est félicité de cette dernière prise de position, mettant en avant « les très lourdes conséquences socio-économiques » qu’impliquerait, selon lui, cette interdiction. Le chalutage en eaux profondes entraîne notamment 20 à 40% (en poids) de prises non intentionnelles.

 

. Déchets : une montagne qui grandit sur Terre. La Banque mondiale a fait paraître un rapport sur la production de déchets à l’échelle du monde. Ceux-ci représentent actuellement 1,3 milliard de tonnes par an (1,2 kg/jour par habitant) et il est prévu qu’ils atteignent 2,2 milliards en 2025 (1,42 kg/jour par habitant).

 

. Déforestation : moins de gaz à effet de serre que prévu.  Des estimations par satellite ont permis de réduire d’un tiers la quantité de gaz à effet de serre issus de la déforestation dans les pays tropicaux, pour la période 2000-2005.

 

. Les loups s’en prennent moins au bétail. D’après le ministère de l’Ecologie français, les prédations des  loups baissent par rapport à l’an passé : 497 attaques recensées au 25 juillet contre 585 il y a un an à la même époque. Néanmoins dans deux régions, les Alpes-Maritimes et les Vosges, elles sont en augmentation. La polémique sur les loups s’est intensifiée en juillet, avec la déclaration de l’eurodéputé écologiste José Bové qui a estimé justifié le tir d’un éleveur sur le loup si son troupeau était attaqué.

 

. Des papillons mutants à Fukushima. Plusieurs espèces de papillons de la région de Fukushima, au Japon, où a eu lieu l’accident de la centrale nucléaire, en mars dernier, sont affectées de malformations importantes des yeux, des ailes et des antennes. Celles-ci sont directement imputables à la radioactivité libérée par la centrale. Elles sont transmissibles à la descendance, et augmentent à chaque génération.

 

. Polémique sur les requins. En Australie, les voix se font fortes pour obtenir le déclassement du grand requin blanc de son statut de protection, à la suite de la cinquième attaque mortelle recensée en juillet, depuis un an, dans la région de Perth. Mais c’est surtout  à la Réunion que le débat est en cours, plusieurs surfeurs ayant été victimes de ces poissons. Les tentatives de marquage et de « prélèvement » n’ont pas été probantes. Est mise en avant la piste d’une contamination éventuelle des requins par des toxines marines (la ciguatera), qui sont secrétées par des algues prospérant dans les récifs coralliens détruits par l’homme. Au total, 75 attaques de requins ont été recensées dans le monde en 2011, un chiffre à mettre en relation avec les 30 à 70 millions de requins pêchés durant la même période.

 

Les professions

 

. Le militant écologiste Paul Watson introuvable. Il était sous le coup d’une menace d’extradition du Costa Rica « pour violation des droits maritimes » en 2002, s’étant opposé à la pêche aux requins. Le responsable de l’association Sea Sepherd ne s’est pas présenté à son contrôle judiciaire, en Allemagne, depuis le 22 juillet.

 

. Décès d’un ancêtre. Le dernier représentant (mâle) de la sous-espèce de tortues terrestres des Galapagos Chelonoidis nigra abingdoni est mort à l’âge estimé de 100 ans. Cette sous-espèce est donc considérée comme éteinte.

 

Manifestations

 

. Correns : succès du festival Bio. Les 14 et 15 août, la petite commune de Correns (Var), « premier village bio de France », a accueilli plus de 5 000 visiteurs pour sa fête du bio et du naturel, qui a lieu tous les ans. La S.E.R.E. y présentait, pour la troisième année consécutive, une sélection de 11 documentaires d’environnement.

 

. La Terre en partage. Un colloque les 28, 29 et 30 septembre à Brive, autour de trois thèmes : l’anthropocène, les crises alimentaires, paysages et aménagement du territoire. Contact : www.lestreizearches.com

 

. Rencontres sauvages. Les carnets de plongée de François Sarano, compagnon de route, notamment, du commandant Cousteau. Aquarium tropical de la porte Dorée, Paris, jusqu’au 11 novembre.

 

La citation du mois

 

. « La nouvelle fraternité du XXIème siècle n’est plus réservée à la pensée humaine et aux seuls êtres humains, il faut y inclure le vivant, et même, pourquoi pas, le minéral ». Pascal Durant, directeur d’Europe Ecologie – les Verts, journal « Libération », 13 août 2012.