Revue-Actualite-SERERevue d’Actualité – Février 2016

Evénements

 . Ségolène Royal, nouvelle présidente de la COP 21. La ministre de l’Ecologie succède à Laurent Fabius, nommé président du Conseil constitutionnel, à ce poste. Elle avait obtenu, à la faveur du récent remaniement ministériel, que les relations internationales sur le climat soient comprises dans le périmètre de ses attributions.

. L’Australie réduit largement ses budgets pour le changement climatique. La moitié des postes affectés à cette thématique sont supprimés au sein de l’Agence nationale australienne pour la science (Csiro). 350 postes au total seraient menacés à terme. La direction de l’organisme estime que la priorité n’est plus l’étude de ce changement, mais l’évaluation des solutions pour y faire face. Plusieurs milliers de scientifiques internationaux ont dénoncé cette mesure de réduction des postes, arguant de la nécessité de continuer la recherche, qui comporte encore plusieurs directions à explorer, et notamment en Australie même.

. La Cour suprême américaine suspend le plan d’énergie propre. Le plan de Barack Obama, présenté à la COP 21, l’America’s Clean Power Plan, visant à réduire de 32% les émissions de gaz à effet de serre liées à la production électrique, a été suspendu par cette juridiction. A la suite d’une procédure de justice intentée par 27 Etats américains et des industriels, qui demandent l’arrêt du plan. L’affaire sera jugée par une Cour fédérale à partir de juin prochain.

. Forte hausse des mers attendue d’ici la fin du siècle. Selon une étude de scientifiques américains, parue dans la revue PNAS le 23 février. Cette hausse a été de 14 centimètres entre 1900 et 2000. D’ici 2100, elle pourrait être, au minimum, de 24 centimètres, et au maximum, de 1,30 mètre.

. Le préjudice écologique reconnu par le Sénat, en France. Au cours de l’examen du projet de loi sur la biodiversité, un article a été voté, en janvier, qui stipule que « toute personne qui cause un dommage grave et durable à l’environnement est tenue de le réparer » et que cette réparation « s’effectue prioritairement en nature », c’est-à-dire par une remise en état du milieu qui a été dégradé. Si cette réparation n’est pas possible, le fautif doit s’acquitter d’une « compensation financière versée à l’Etat ou à un organisme désigné par lui et affectée

[…] à la protection de l’environnement. »

. La Commission européenne laxiste sur les pesticides. Le médiateur européen a critiqué, dans une décision du 18 février,  le laxisme de la Commission sur l’homologation de produits phytosanitaires, et lui a fixé un délai de deux ans pour mettre en vigueur de nouvelles pratiques. Au moins dix substances actives de ces produits ont été homologuées sans réception de données attestant de leur innocuité pour les humains comme pour les animaux.

. A l’IPBS, un vrai problème de déontologie.La Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBS),  le « Giec de la biodiversité » en France, est dans la tourmente. Le scandale a éclaté, en février, de la responsabilité de deux scientifiques de Bayer et de Syngenta, pour traiter de deux chapitres-clés du rapport attendu de cet organisme sur la pollinisation. Bayer et Syngenta sont les principaux producteurs mondiaux d’insecticides néonicotinoïdes, lesquels sont plus que largement suspectés de décimer de nombreux insectes, en priorité les abeilles et les bourdons.

. Syngenta vendu à un groupe chinois.Le groupe chinois ChemChina aurait obtenu l’accord de la firme suisse, géante des pesticides et des semences, pour une acquisition de 43 milliards $. Depuis 2006, ChemChina multiplie les prises de contrôle dans le monde, en majorité dans le secteur de l’agro-alimentaire et des phytosanitaires. Ce qui reflète bien le souci chinois de développer une stratégie agricole à l’échelle du monde, tant les besoins, actuels et futurs,de ce pays, sont-ils importants en termes d’alimentation.

. Indemnisation ouverte aux victimes de la marée noire du « Prestige ».Le pétrolier battant pavillon des Bahamas avait déversé 63 000 tonnes de fuel, en 2002, au large de la Galice, en Espagne, et souillé 2 900 km de côtes espagnoles, portugaises et françaises. Le capitaine, le propriétaire et l’assureur du navire ont été déclarés civilement responsables par la Cour suprême espagnole, fin janvier. Outre les victimes de cette pollution, les réparations financières s’appliqueront à l’environnement impacté. Toutefois ni l’affréteur (une compagnie suisse dissoute depuis), ni l’agence de certification du navire, un vieux pétrolier en mauvais état (une société américaine), ni les responsables politiques de l’époque (qui ont largement tardé à faire remorquer le pétrolier dans un port), n’ont été inquiétés.

. Un référendum problématique pour Notre-Dame-des-Landes en France.Annoncé par le président de la République François Hollande en février, le référendum destiné à recueillir les avis de la population sur ce projet d’aéroport ne semble pas être acquis sur le plan juridique. Si l’Etat est responsable du projet, le référendum, lui, devrait concerner une collectivité locale, ce qui pose a priori une incompatibilité. Laquelle collectivité reste, en outre, à déterminer, région ou département. Le ministère de l’Ecologie travaille à une solution de ce problème. Par ailleurs, une nouvelle espèce protégée a été « découverte » récemment sur le tracé de ce futur aéroport, le triton de Blasius. Ce qui porte à cinq les espèces protégées dans cette zone, avec la nécessité d’examiner leur statut local, une procédure qui peut durer jusqu’à deux ans.

. La plus grand forêt humide du monde protégée.Le vote d’une loi doit encore intervenir, mais l’accord a été obtenu entre toutes les parties, en février, pour protéger la plus grande forêt humide de la planète, au Canada : la Great BearRainforest, au sud de la Colombie britannique, avec 3,6 millions ha. Plus de 3 millions ha seront interdits de coupe, et si 15% de la surface pourront être exploités, c’est en respectant de strictes normes. Les habitats seront préservés d’espèces animales comme l’ours kermode, ou d’espèces végétales comme le cèdre rouge et l’if de l’ouest. Cet accord a été réalisé entre vingt-six nations autochtones, le gouvernement de la Colombie britannique, cinq compagnies forestières, et trois ONG. Il a une longue histoire. Dès 1993, des écologistes ont manifesté contre l’exploitation forestière qui sévissait. En 2006 seulement un projet d’accord a pu voir le jour. Il a fallu dix ans de plus pour qu’il soit finalisé.

. La surpêche dans le monde largement sous-estimée.Une étude conduite par des scientifiques spécialistes, publiée en janvier, montre que la surpêche et le déclin des ressources ont été très largement minorés. Les chiffres de la FAO indiquent que les prises de poissons ont été de 86 millions de tonnes en 1996, et que depuis cette date, elles ne régressent que de 0,38 tonne par an. Or l’étude évalue à 130 millions de tonnes les prises en 1996 et à 1,2 millions de tonnes leur baisse annuelle depuis. L’explication tiendrait au fait que les pêches artisanale, de subsistance, de loisir, et aussi, très fortement, les pêches illégales, ne sont que rarement prises en compte par les Etats dans leur déclarations.

. Le trafic d’espèces progresse. Affectant notamment la France, avec une activité en augmentation de la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières. En 2014, elle a constaté 527 infractions portant sur la CITES, saisi 1 400 animaux vivants et 269 animaux naturalisés. Le 19 janvier dernier, le Tadjikistan est devenu la 182ème partie à la CITES.

. 1 175 rhinocéros abattus par les braconniers en Afrique du Sud en 2015. Le chiffre est très légèrement inférieur à celui de 2014, avec 1 215 individus. Mais il continue à être extrêmement préoccupant. Et parallèlement, la Namibie et le Zimbabwe, pays voisins de l’Afrique du Sud, ont vu, eux , le nombre de leurs rhinocéros braconnés très fortement augmenter (de 24 à 80 pour la Namibie, de 12 à au moins 50 pour le Zimbabwe). Au total, plus de 1 300 rhinocéros ont été tués dans toute l’Afrique australe en 2015.

Médias

 . « Philosophie de la biodiversité » de Virginie Maris. Editions Buchet-Chastel.

. « L’Etat de la planète », dossier de L’Ecologiste. Janvier-mars 2016.

. « La Terre est bleue » sous la direction de Cyrille P. Coutansais. Editions Les Arènes.

 

Manifestations

 . Salon de l’agriculture. Paris porte de Versailles, 27 février-6 mars 2016.

. « Bêtes de guerre ». Muséum d’Histoire naturelle, Palais Longchamp, Marseille, jusqu’au 19 juin 2016.

 

 

 

Pour partager cette information